Les marcheurs, Tome 1 la Génèse de Denis LABBE

51PDkk28PVL

Fiche technique :
Auteur : Denis LABBE
Edition : Rebelle Editions
Année : 2017
Page : 228
ISBN : 978-2-36538-528-2
Genre : Science-fiction

« Cueillie par le projecteur, une horde de visages hâves, déformés et ensanglantés, se tournaient monstrueusement dans notre direction au milieu d’une marée de bras tentaculaires auxquels pendait ce qui ne pouvait être que des débris de treillis, de vêtements médicaux et de chair humaine. Pourtant, ce qui m’avait retourné, ce n’était pas cette vision cauchemardesque, mais le fait que j’étais capable de mettre un prénom sur ces traits émaciés. »

(Page 86).


Le résumé :

Que faire lorsque le monde s’écroule autour de vous et que vous devez échapper à la mort ?
Lors d’un voyage scolaire au camp de travail du Struthof, une expérience nazie refait surface et déclenche une épidémie.
Pris au cœur de cette catastrophe, Louis Fleckinger, professeur d’histoire, essaie de sauver un groupe d’élèves afin de les ramener auprès de leurs parents.
Mais la route va être longue.

Mon avis :

Premier roman de zombies que je m’offre.

J’ai croisé l’auteur de ce roman aux Halliennales 2018. Ce monsieur est charmant pour quelqu’un qui écrit des horreurs ! Lol !

La couverture est vraiment sympa et passe au vert pour le deuxième tome et au rouge pour le troisième.

Le fait d’avoir mixé des faits historiques et une histoire de zombies m’a convaincue de faire cet achat et je ne regrette pas !

Je suis totalement conquise par cette histoire qui se déroule dans les Vosges, dans le seul camp de concentration français. Non pas que ce soit une fierté mais on ne peut occulter un fait. Il s’agit d’un devoir de mémoire.

On suit donc le début de de cette pandémie causée par les nazis. Même après 80 ans, on subit encore des conséquences…. Nous ne sommes pas là pour faire un procès; juste aborder un roman avec des bases réelles.

Continuons. Il y aurait « soit disant » eu des expérimentations sur des souches bactériologiques. L’auteur parle de fièvres hémorragiques et typhus. Sympa le programme ! Ce virus est retrouvé par les conservateurs actuels du musée et malheureusement, il est bien actif. Contaminé, le directeur devient le patient zéro.

Le lendemain de cette découverte, une visite de lycéens menée par un professeur d’histoire est prévue dans ce même camp. Pas de chance !

Nous suivons donc ce monsieur, Louis FLEKINGER, un homme banal tel qu’il se qualifie. Et, voilà toute la subtilité de Denis LABBE, on s’identifie réellement au héros, qui n’en est pas un. C’est un homme qui est pris dans la tourmente et qui fait au mieux. On évolue avec lui, on se questionne avec lui, on doute avec lui. Son seul but est de ramener vivant son groupe d’élève aux parents. Voyant les forces de l’ordre vite dépassées par la situation, il fuit avec ses élèves…

Cet ouvrage est rédigé comme un journal. Nous suivons Louis qui nous raconte les prémisses de l’épidémie. Nous avons donc son point de vue, ses sentiments, ses peurs et pensées. Nous ne faisons qu’un avec lui et cette proximité est éprouvante émotionnellement.

Le récit commence en douceur. On s’imprègne de l’ambiance pesante du camp et des souffrances endurées. Le style de l’auteur est vraiment sympathique : riche et sans lourdeur. Les scènes d’horreurs sont plausibles et sans écœurements, effrayantes mais sans gore. Ne vous inquiétez pas fans de zombies, il y a du sang et de la morsure !

La violence émane de la vraisemblance de la situation. C’est toute l’horreur de la chose : c’est possible. J’en ai cauchemardé ! Pourtant, je suis fan de film de zombie tel que dernier train pour Busan (de Sang-Ho YEON, 2016), Bienvenue à Zombiland (de Ruben FLEISCHER, 2009) ou encore World War Z ( de Marc FOSTER, 2013). Ce roman raconte l’histoire d’un mec normal qui va au travail normalement, du moins au départ. Je pense que le fait de se baser sur un pan de notre histoire a ajouté de la crédibilité à ce récit, d’où le traumatisme.

Quant à l’auteur, il s’est vraiment bien documenté pour son roman. Fermez les yeux et vous voyez Struthof. Je n’y suis jamais allée mais j’ai effectué des recherches sur le net. Je pense y aller incessamment sous peu, non pas pour les zombies mais pour l’Histoire. De plus, le réalisateur Romero est cité à nombreuses reprises (LA référence en matière de zombie). S’appuyant sur son travail au cinéma, on assiste à un hommage au septième art.

J’ai été obligée de faire des pauses de lecture de ce roman. Je me suis totalement laissée emporter par l’histoire. La peur m’a suivie pendant toute ma plongée dans le monde de Denis LABBE.

Mon prochain achat littéraire sera par conséquent Guide de survie en territoire zombie de Max BROOKS. Ce livre est d’ailleurs cité dans les Marcheurs. On ne sait jamais, il vaut mieux être prudent.

Ce roman est vraiment une bonne surprise et un grand moment d’épouvante.
Pour vous procurer le livre :

Amazon

Rebelle editions
Suivre l’actualité :

Rebelle Editions FB

Denis Labbé FB

Axelle GEORGES.

6 réflexions sur “Les marcheurs, Tome 1 la Génèse de Denis LABBE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s