La vie à reculons de Gudule

«  »Ben…C’était vache de ta part de me laisser m’attacher à toi alors que…
Elle retient le mot fatidique :
… alors que tu vas mourir », et en mesure toute l’absurde cruauté. »

(P115)

Fiche technique :

Auteur : Gudule (Belgique)
Editions : Le Livre de Poche
Année : 1994
Pages : 219
ISBN : 2-01-321009-2
Genre : contemporain

Le résumé :

Thomas a quinze ans. A la suite d’une transfusion sanguine il est devenu séropositif. Pour lui aucune différence :il veut vivre comme tout le monde, sans le mépris et surtout sans la pitié des autres. Ses parents ont d’ailleurs fait promettre le secret au proviseur de son collège. Mais quand Thomas tombe amoureux d’Elsa, la mécanique de la peur et de l’ignorance se met en place.

Mon avis :

Tombée par hasard sur ce roman, je suis ravie de le lire !

C’est la rentrée scolaire. Elsa et Mélanie se retrouvent et surprise, il y a un nouveau. Il est charmant ! C’est le coup de foudre pour Elsa et c’est réciproque. Tout pourrait être parfait si seulement Thomas n’était pas malade. C’est le coup de massue pour Elsa, pour ses amis, pour tout le collège.

Ce roman est une pépite !

D’une plume légère, l’auteure aborde un thème ô combien délicat qu’est l’amour adolescent. Entre l’éveil à la sexualité et grandir dans une société où aimer peut être dangereux, comment peut-on tomber amoureux ?
Gudule présente le sida, sans exagération ou scandale et avec pédagogie. Elle balaie les idées reçues.

Notre héros, Thomas, ne veut pas être une victime. Il veut être un ado comme les autres et se heurte aux regards des autres. C’est un personnage fort et sympathique. Forcément, il se cherche, fait des bêtises mais reste attachant. Elsa est l’ado rebelle dans toute sa splendeur : look différent, en crush sur le nouveau et qui veut se battre seule contre tous par amour, même si on lui a rien demandé. Il y a toute une gamme de personnages secondaires un peu stéréotypés mais non moins charmants : la gentille bibliothécaire, les parents protecteurs, le prof inquiet, le principal coincé entre la hiérarchie et les parents, les lascars, la meilleure amie surprotectrice…

Au delà de la maladie que l’auteure ne veut pas stigmatiser, il s’agit d’un pamphlet à la tolérance, contre les préjugés et les jugements hâtifs. On se doute bien que Thomas n’échappe pas aux clichés colportés par les étroits- d’esprit. Sa maturité et ses mots simples sont parfaits pour expliquer; que ce soit la maladie ou ses sentiments. Il est inutile de préciser qu’il est aussi une victime.

L’écriture est efficace. Adaptée pour un jeune lectorat, elle n’en est pas pour autant infantile. Pas de mélodrame ou de discours technique pour les initiés. Ce roman se lit rapidement et d’une traite. Loin de donner des leçons, il pose une problématique sur un problème de société et fait réfléchir.

Mon seul regret est qu’il n’y a pas de fin à proprement parlé. On quitte nos héros, certes réconciliés, sur la bonne voie et c’est tout. Je suis restée sur ma fin. Je m’attendais à un Nos étoiles contraires de John GREEN. Bah oui, les plus belles histoires d’amour sont les plus douloureuses #Roméo+Juliet

C’est à mettre entre les mains des ados, pour les éveiller aux comportements à risque dans la sexualité et pas seulement, leur apprendre la tolérance et le respect. L’humain avant tout.

Je ne peux que conseiller !

Pour parler lecture avec nous, c’est par ici : Groupe FB Lecture Au fil des mots

Axelle GEORGES.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s