LILIUM de Quentin WESTRICH

9782414276257-200x303-1
Fiche technique :
Auteur : Quentin Westrich (France)
Editions : EDILIVRE
Année : Décembre 2018
Pages : 182
ISBN : 978-2-414-27624-0
Genre : Conte initiatique

« Le renard explorait le jardin de Louis, plongé au pays des songes quand, durant la nuit, au cœur de la forêt de Lilium, le saule pleureur de l’étang saigna. Le sang du tronc avança dans le lierre rampant de la berge. »

(Page 63).


Le résumé :

Une nuit de pleine lune, neuf éclairs de jade déchirèrent le ciel, éclairant les stèles entre les arbres. Des coups successifs firent trembler la terre, suivis de trois coups vifs, bien distincts, le dernier résonnant tel le tonnerre. Un rire retentit dans l’ombre. Des jumelles se tenaient entre les tombes, près d’un marais de sang d’encre. D’un sourire perlé de larmes, Louis prit appui contre la colonne antique d’un temple.
L’une des jumelles but un verre de lait, s’arracha un œil, l’offrant à sa sœur qui l’avala. Tout en mâchant la pupille, celle-ci souffla sur une bougie, et posa sa tête sur l’épaule de sa sœur. Prisonnier d’un étrange sanctuaire, aussi fascinant qu’effrayant, Louis cherchait une issue dans l’au-delà. Mais, il n’existe qu’une seule clé pour être libre. Louis devra la trouver à travers les dédales de la forêt de Lilium, dans un monde irréel à…
nos yeux.

Mon avis :

Premier contact avec ce jeune romancier qui, en fait, n’en est pas à son premier coup d’essai. Il a déjà sept ouvrages à son actif. Multi talents, il oscille entre roman et poésie.

La première de couverture annonce l’onirisme de cette œuvre par cette magnifique aurore boréale. Le résumé est assez nébuleux. Le mystère reste entier.

Entrons dans la forêt de Lilium !

Louis Darch, plus enfant mais pas encore adulte, est élevé entre une mère artiste-peintre à contre-courant et un père écrivain. Pas adapté à notre société, il vogue entre réalité et sa réalité avec son alter-ego, Oscar, son ours en peluche. Tel son Jiminy Criket (de Pinocchio, 1940), Oscar assiste et veille sur Louis.

Louis a un ami : Thibaut. Il est fort, il est beau, il est tout ce que Louis n’est pas. Cependant, ses sentiments d’amitiés ne sont peut-être pas que de l’amitié… Mais, quand on a une dizaine d’année, comment parler d’amour ?

Son sanctuaire est la forêt de Lilium, un parc, un univers, son univers. Louis est sensible, il écrit. Il se cherche. Il souffre.

L’auteur aborde un thème résolument universel : le droit à la différence. Deux mondes s’affrontent : celui des conventions et celui des rêveurs. Ne vous trompez pas, nous ne sommes pas au pays des contes de fées, le second monde est semé d’embûches et de noirceur.

Fable initiatique et poétique, Quentin WESTRICH se lance dans la quête de soi. C’est beau, c’est dur mais ô combien utile! Avec ses yeux, on affronte l’adolescence avec ses doutes, la fin de l’innocence et le passage à l’âge adulte.

On vogue entre onirisme et cauchemars. J’avoue avoir perdu pied dans la « disparition » de Louis. Moi qui suis pragmatique, j’ai été submergée par toutes ces images, ces informations. Une chanson m’est venue pendant cette partie du roman : « Sympathy for the devil » des Rolling Stones. J’étais en plein « trip » psychédélique ou était-ce l’auteur ? En tous cas, il frappe fort et choque. On ne peut rester insensible.

Ce n’est pas un roman jeunesse car certains passages sont angoissants. Une mise en garde est même inscrite sur le livre. Rassurez-vous, pour les plus jeunes. Il reste instructif et à présenter aux enfants. Cependant, une scène est particulièrement violente : celle de l’affrontement entre Mme Doujan et Louis. Même étant adulte, j’ai exécré ce personnage. J’ai été révoltée et choquée.

D’une écriture travaillée et recherchée, l’auteur décidément chimérique nous plonge dans un autre monde, un monde d’allégorie et de faux-semblants.  Avec de multiples références picturales, littéraires et mythologiques, toute la sensibilité artistique de Quentin WESTRICH nous envahit. Quelle culture et quel éclectisme ! Ce n’est pas un roman, c’est une œuvre à admirer, à placer dans un musée.

C’est un roman engagé ! On dénonce les apparences et l’étroitesse d’esprit. Il commence doucement et monte en puissance vers un pamphlet à la tolérance, une autobiographie, une délivrance. Il provoque et marque les esprits mais pour un message d’amour.

Entre douceur poétique et sombre réalité ou douce réalité et sombre poésie. A vous de voir. Comme Louis faites votre cheminement, soyez qui vous êtes et aimez.

Bouleversant. Fort. Prenant. Perturbant.

C’est un roman à découvrir et à expliquer aux plus jeunes.

Pour vous procurer le livre :

EDILIVRE
Pour voir la bande-annonce du roman :

Vidéo Lilium
Pour suivre l’actualité de l’auteur :

Quentin WESTRICH FB

Axelle GEORGES.

2 réflexions sur “LILIUM de Quentin WESTRICH

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s