Tabou de Casey Hill

20200508_0910117822456887354762438.jpg

Fiche technique:

Auteur: Casey Hill

Année: 2011

Edition: France loisir

Pages: 401

Genre: Thriller…

ISBN: 9782298050936

4ème de couverture:

Une experte de la police scientifique affronte un terrifiant serial killer, bien décidé à enfreindre tous les tabous…

Reilly Steel a quitté la Californie et le FBI pour un poste d’experte à Dublin. Elle espère fuir un passé familial assombri par de terribles secrets.

Un jeune couple vient d’être retrouvé: nu, dans un lit, tué par balles. Tout laisse croire à un suicide mais Reilly le sent, sur cette scène de crime, quelque chose ne colle pas…

Bientôt, d’autres corps sont découverts, la mise en scène de leur mort aussi choquante qu’étrange: un tueur en série s’amuse à un jeu sordide. Et il vient juste de commencer la partie…

Mon avis:

Tout d’abord parlons un peu de l’histoire : une jeune femme vient d’arriver à Dublin, là où le taux de criminalité est habituellement très bas. Taux de criminalité qui monte à une vitesse fulgurante… Plusieurs cadavres sont retrouvés en quelques jours. La police en charge des enquêtes n’y voit aucun lien. C’était sans compter sur la jeune Reilly.

Ça a l’air pas mal, me direz-vous? Détrompez-vous! Je ne sais pas où commencer!

Le livre s’ouvre sur une scène de vie de Reilly et sa petite sœur. Un rêve de la jeune criminologue, qui nous laisse entrevoir un drame familial concernant sa jeune sœur, mais lequel ?? 160 pages plus tard, je ne sais toujours pas…

Le travail d’enquête commence, un jeune couple est retrouvé mort. Et la déferlante commence! Les flics de Dublin ne font pas de liens entre les divers enquêtes, si j’en crois l’auteur, il y en a même un qui est limite simple d’esprit! Même quand on lui met les preuves sous le nez, il préfère croire que tout le monde s’est suicidé ou est victime des trafiquants de drogue. Idiot ou fainéant, j’hésite encore… L’autre croit Reilly, mais uniquement parce qu’elle est belle et intelligente! Dès le début, l’auteur nous décrit sa beauté, et le monde dans lequel il est dur de se faire une place lorsqu’on est « trop belle ». Vive le cliché du « soit belle et tais-toi ». Visiblement dans le monde de Dublin, être belle n’est pas compatible avec être intelligente! Un exemple des redondances du sujet?

Je vous met dans le contexte: L’enterrement des deux victimes a lieu. Les journalistes sont aux abois et présents (les flics n’ont pas eu assez de jugeote pour les tenir à l’écart visiblement). Le flic avance vers eux afin de les éloigner, mais répond tout de même à leurs questions! Et bien sûr, des questions pertinente avec l’enquête telles que:

« C’est comment de travailler avec la nouvelle experte médico-légale? Plutôt canon, vous ne trouvez pas? »

(P 150)

Pertinent non, pour avoir des infos sur l’enquête? On voit cela tous les jours; un journaliste qui s’intéresse plus au physique d’une experte médico-légale qu’à l’enquête en cours! Je pense que l’auteur a eu raison de moi à ce moment là…J’ai fermé ce livre! Je ne lirai jamais la fin!

Les personnages sont tous fades, j’ai l’impression de suivre des mollusques…. Ils avancent aussi vite qu’une huître morte accrochée à son rocher. Ils ont autant de personnalité aussi d’ailleurs.

Des clichés. Celui du bon gros macho pour le flic 1, qui ne croit en rien pas même aux preuves, rabat-joie et jaloux. Celui du second flic, jeté pas son ex, tombant sous le charme de la petite nouvelle, mais l’ex en question rappelle pour lui annoncer son futur mariage… On vit sur quelle planète? Qui appelle son ex pour lui dire « Au fait je suis enceinte et je vais me marier, je voulais que tu le saches ». Et, enfin, la petite nouvelle ayant du mal à faire reconnaître son talent car trop belle… Help me …

Oh, ils échangent, sous forme de dialogues, courts, brefs, pas de longueur… mais pas d’intérêt non plus.

Une enquête palpitante, pleine de suspense qui aurait pu faire passer outre nos mollusques de personnages. Mais non, là encore…c’est assez mort (sans mauvais jeu de mot). Le tueur en série aime Freud et sa passion pour le sexe. Ne vous emballez pas, ça prend deux lignes dans les 160 premières longues pages. Pas de quoi en faire un roman…

Des incohérences en veux-tu en voilà. Un petit exemple pour le fun: Les flics sont appelés pour un avis de recherche, on n’en sait pas plus… Ils se présentent au domicile du dit disparu. Ils ouvrent la boite aux lettres pour regarder (oui oui, on sait tous qu’ils commencent par renifler la maison comme les chiens) et l’odeur de mort leur fait comprendre qu’il y a un souci. Tout cela; de nuit….Ce n’est pas drôle si on n’ajoute pas le cliché des flics qui découvrent les corps en pleine nuit pour réveiller leurs collègues à 3 heures du matin!

En bref, je passe mon tour.
La suite restera non lue. Je ne peux m’infliger cela plus longtemps. Je suis pourtant persuadée que l’histoire aurait pu être sympa mais il manque d’action, de suspense, de personnages intéressants. En fait, tout ce qui fait qu’un thriller est bon!
Une jolie couv’.

Dommage!

Fred.

Si vous aimez le risque, allez chez votre libraire pour vous procurer ce roman.

Pour discuter lecture avec nous : Groupe FB Lecture Au fil des mots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s