Résilience, une vie à servir de Thomas Duhem et Geoffrey Hodicq

Fiche technique:

Auteurs: Thomas Duhem et Geoffrey Hodicq

Année: 2022

ISBN: 9782957658626

Genre: Documentaire

4ème de couverture:

Très tôt, l’appel de l’armée pousse Geoffrey Hodicq à s’engager au 7e bataillon de chasseurs alpins et le mène vers des théâtres d’opérations extérieures: en Côte d’Ivoire, au Tchad, en Afghanistan et au Mali.

Il aurait pu ne jamais revenir de cette mission en Afghanistan où, avec son groupe, il subit une embuscade meurtrière des talibans.

De ses blessures, principalement psychologiques, qu’il va transformer en force, Geoffrey crée son association SEALS Team et aide les blessés de guerre à se reconstruire à travers le dépassement de soi et le partage de leur expérience.

Mon avis:

Avant toute chose, je tiens à vous informer que cette chronique est particulière puisque vous pourrez y découvrir un entretien avec l’auteur à la fin!

Je retrouve Thomas Duhem que j’avais découvert avec Dis leur de ne jamais pardonner, un récit poignant!

Je me suis plongée dans ce livre sans attente particulière. Ce n’est pas spécialement mon genre de prédilection, mais quand l’occasion se présente de sortir de la routine littéraire, je fonce!

Ce fut une vraie claque! Thomas Duhem met des mots sur le parcours de Geoffrey Hodicq. Il nous dévoile sa vie militaire, son combat, sa souffrance et sa reconstruction. Bien au delà de ça, il donne la parole aux blessés de guerre. Ceux qui souffrent dans l’ombre.

C’est la détresse de nos militaires mais aussi de leurs familles qui nous est livrée. Bien plus qu’un simple récit, ce livre est une aide à tous. Ils font découvrir aux lecteurs ce qu’est le syndrome post-traumatique. Des mots qu’on a déjà entendu mais qu’il est difficile de comprendre.

Thomas Duhem est clair et précis dans son écriture. Il va droit au but tout en sachant manier les mots pour notre plus grand plaisir. La douceur ressort de son écrit malgré la gravité et l’horreur des faits transmis. Bravo à lui pour ce livre, jamais je n’aurais cru accrocher autant à cette lecture.

Geoffrey Hodicq, de son côté, partage avec nous sa souffrance mais bien plus encore, il va créer SEALS Team et aider de nombreuses personnes. Nous retrouvons à la fin du livre les récits de plusieurs membres des SEALS nous livrant leur vécu et comment l’association de G.Hodicq les a aidé! Une bénédiction, un soutien sans faille.

Interview

Comment en êtes vous venu à écrire ce livre ?
C’est Geoffrey qui m’a proposé d’écrire un livre sur son histoire. Ce qui m’a touché c’est son
engagement auprès des blessés mais aussi des civils qui participent au sein de son association, sa
sincérité et sa volonté de sensibiliser sur le stress post-traumatique. J’ai accepté aussi parce que je
sens une continuité dans ce troisième livre avec le devoir de mémoire qui était aussi l’objet de mes
précédents livres et un environnement militaire qui par mon métier je côtoie.


Nous ne pouvons rester de marbre face aux divers récits de vie qui nous sont livrés dans le
livre. Comment avez-vous réagi à la découverte de chacun de leurs parcours ? Cela n’a-t-il
pas été trop dur ?

Pour la plupart des témoignages j’ai eu le blessé ou le membre de l’association au téléphone. Ma
réaction était en deux temps : premièrement lors de nos entretiens téléphoniques j’étais dans une
posture d’écoute. C’est à dire que je posais des questions mais je laissais la parole sans la couper,
sans réagir ou donner un avis. Les récits sont intenses parce que pour certains c’était la première
fois qu’ils livraient des éléments de leurs traumatismes avec des pleurs ou des doutes.
Dans un deuxième temps, lorsque j’étais seul devant mon ordinateur où je mettais en forme le récit
j’avais le temps de l’écriture pour comprendre la chance que j’ai d’avoir leur confiance et aussi la
responsabilité que cela entraîne et d’être fidèle à leur histoire. Au final, le plus dur pour moi était de
sortir un livre dont ils soient fiers et qui rend honneur aux belles personnes qu’ils sont.


Geoffrey parlait du manque d’intérêt des jeunes dans les diverses cérémonies officielles, avez
vous déjà pensé à présenter le livre dans les collèges/lycées afin de les sensibiliser ?

Résilience est un support qui permet de libérer la parole et de sensibiliser sur le stress post-traumatique mais aussi sur la Résilience et le rôle de la SEALS Team. Si des professeurs souhaitent
monter un projet autour de ce livre un des objectifs sera réussi. La transmission fait partie des
valeurs communes avec l’association et nous avons à cœur de transmettre le partage, l’entraide et la
nécessité d’avoir des projets positifs.


Quel message souhaitez-vous faire passer à travers ce récit ?
Il y a plusieurs messages et différents niveaux de lecture. Pour le lecteur, il est possible de découvrir
juste une histoire d’un soldat qui est passé proche de la mort et qui s’est relevé ou de comprendre
que les mécanismes mis en places peuvent aussi permettre à chacun de s’approprier l’histoire et
d’améliorer sa propre vie. Le message principal de « Résilience » reste le stress post-traumatique
mais j’y vois aussi la compréhension de la force de l’engagement militaire avec tous ce que cela
comporte. J’y vois aussi un hommage aux camarades militaires qui sont sur les théâtres
d’opérations extérieures et en particulier ceux Morts pour la France comme Clément. C’est un livre
touchant qui a permis à ceux qui ont participé de parler dans une situation où la parole n’est pas
facile pour différentes raisons comme un sentiment de honte, de culpabilité ou par pression qui
persistent.


Qui peut rencontrer les SEALS ? Où les lecteurs peuvent-ils rencontrer les SEALS et
échanger avec eux.

Tout le monde peut rencontrer les SEALS qui sont sur les événements mis en place par, ou avec
l’association mais aussi sur les réseaux sociaux : SEALS Team ou celui de son président Bold.
Je précise que les SEALS, comme les blessés de guerre ne parlent pas de leur traumatisme
naturellement. C’est entre eux des regards et ils se comprennent. Il n’est pas possible de venir les
voir et demander ce qu’ils ont. C’est eux qui choisissent le moment et ce dont ils veulent partager.


Quels sont vos projets futurs ?
A titre personnel, à la rentrée il y a la sortie de mon documentaire audiovisuel « A travers ta
mémoire » qui est tiré de l’idée originale de « Dis-leur de ne jamais pardonner » réalisé par Léa
Piwowarczyk et produit par Ishot qui va aussi, je l’espère permettre d’échanger avec le public.
Quelques surprises arriveront dans les mois qui viennent autour de l’écriture mais plus de livre.

Merci pour le temps que vous avez accordez à l’équipe de « Au fil des mots ».

Pour vous procurer le livre: Thomas Duhem

Pour parler lecture avec nous: Groupe lecture au fil des mots FB

Pour plus de documentaires: Catégorie « Documentaire »

Fred.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s