Monsieur de E.L JAMES

Fiche technique :

Auteur : E.L James (USA)
Editions : Le Livre de Poche
Année : 2019
Pages : 661
ISBN : 978-2-253-26240-4
Genre : New Romance

Le résumé :

Londres, 2019. Riche aristocrate, le séduisant Maxim Trevelyan n’a jamais travaillé et a rarement dormi seul. Et lorsque la tragédie frappe, son existence est bouleversée. Maxim hérite du titre, de la fortune et des domaines familiaux. Des responsabilités auxquelles il n’est pas préparé. Mais son plus grand défi est de lutter contre son irrépressible attirance pour une jeune femme au passé trouble, dénuée de tout, qui vient d’arriver en Angleterre. Fasciné par cette mystérieuse musicienne, Maxim voit son désir se transformer en amour ; un sentiment qui lui est encore inconnu. Qui est vraiment Alessia Demachi ? Maxim peut-il la protéger du péril qui la menace ? Et comment réagira-t-elle, lorsqu’elle découvrira que lui aussi cache des secrets ?

Mon avis :

Après Cinquante nuances de Grey d’E.L James, madame James nous sort enfin un roman hors de l’univers de Grey. Voyons voir ce qu’elle nous a préparé !

Maxim vient d’enterrer son frère et succède alors à la tête du domaine Trevethick, dépassé par les évènements. Alessia a fui son pays, un mariage forcé, des trafiquants d’esclaves sexuels et débarque à Londres pour se reconstruire. Le hasard fait qu’ils se rencontrent quand elle devient la femme de ménage de Monsieur.

J’ai avalé les 200 premières pages. Le livre s’ouvre sur une fuite et sur ce suspens car l’auteure nous laisse dans le flou. On veut absolument savoir. Puis, nous rencontrons Monsieur, qui ne m’a pas fait bonne impression. Il console sa belle-sœur d’une façon bien particulière… C’est un homme oisif, qui n’a aucun but dans la vie et qui collectionne les femmes. Aucun intérêt donc.

Le début est très prenant car ils se rencontrent, s’attirent mais aucun des deux n’osent. Ce jeu de séduction est top : on est sous tension.
Puis, c’est le drame lorsqu’ils s’avouent leur attirance. Trop de scènes hot qui lassent. Trop c’est trop. J’ai trouvé tout cela long et répétitif. J’admets tout de même que Maxim est doux et prévenant mais stop quoi !

Heureusement, on avance dans l’intrigue avec le passé trouble d’Alessia. Et, on bascule dans le choc des cultures, même si cela est un peu exagéré. On découvre l’Albanie dans tous ses clichés qui sont contrebalancés par la force de notre héroïne. Eh, oui, l’image de la femme et la femme elle-même sont malmenées et mon cœur féministe s’est révoltée !

Le tout est relevé par le style de l’auteure qui est juste parfait; fin et délicat avec la force nécessaire. Le sujet du prince charmant est un peu niais mais cela fonctionne. Maxim évolue même s’il reste plat contrairement à Christian. C’est moche de comparer, je sais.
Alessia reste le personnage clé du roman. Elle est tout en douceur et en force. Elle est en lutte perpétuelle entre ses envies et son éducation. Je l’ai beaucoup aimé malgré son côté « nympho » un peu trop exacerbé.

Un roman qui séduit. Malgré une pornographie qui n’avait pas d’utilité, on succombe à cette romance des temps modernes, lui, le Lord et elle, la femme de ménage.

Pour papoter lecture avec nous : Groupe FB Lecture Au fil des mots.

Axelle GEORGES.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s