J’avais dix ans en 1939 de Roger Finet

Fiche technique:

Auteur: Roger Finet

Edition: L’Harmattan

Année: 2007

ISBN: 9782296043541

Genre: Historiques/ Documentaire/ Récit de vie

4ème de couverture:

J’avais dis ans en 1939 est le récit de tout ce qu’a vécu, dans son corps et dans son âme, un jeune garçon, de 1939 à 1945, dans son village agricole et minier du Pas-de-Calais.

Il y raconte son enfance heureuse, avec ses petits copains, fils d’ouvrier mineur, dans l’exploitation agricole familiale et ses travaux champêtres saisonniers, puis celle tourmentée par les turbulences de la puberté et les menaces proférées par le dictateur voisin.

Il devient alors un adolescent apeuré par l’irruption de la guerre, « l’évacuation » et la fuite devant la résistance, les bombardements massifs détruisant des cités entières et laissant derrière eux des centaines de morts, puis enthousiasmé par la libération, les promesses d’un monde meilleur et les prémices de l’amour.

Mon avis:

Je me lance dans une plongée au cœur des souvenirs d’un enfant.
Une enfance passée au milieu d’une guerre qui a fait des ravages. Roger Finet se lance dans un récit pas comme les autres. Il repart dans ses souvenirs afin de partager avec nous; ce que sa famille et lui ont vécu entre 1939 et 1945.

La guerre a fait de nombreux ravages. Parmi eux, les civils qui ont dû vivre plusieurs années sous le joug de l’occupant : leur vie totalement chamboulée, la peur au ventre, courant se mettre à l’abri quand les sirènes retentissent. Roger Finet ne fait pas que nous livrer des faits historiques. Il nous livre son histoire, son enfance, son passage à l’adolescence, ses peurs face aux soldats allemands, sa vie de famille et le travail de la ferme.

C’est un joli récit, un témoignage qui nous donne un aperçu de la vie menée entre 1939 et 1945. Le passage de l’insouciance à la dure réalité de la guerre. J’ai aimé ce livre, offert par ma maman, qui l’a achetée car l’âge de l’auteur en 1939 est le même que ses parents. Même si chaque famille a vécu l’occupation de manières différentes cela nous donne un aperçu de ce qu’a pu être leurs vies.

Je pose tout de même un petit bémol sur le livre: le récit est bref, avec des phrases courtes sans détails superflus. Cela ne me pose pas de soucis habituellement mais le livre manque d’émotions. J’ai eu l’impression que l’on me contait des faits tel un robot. J’aurais aimé un peu plus de détails et beaucoup plus d’émotion.

Si vous cherchez des livres sur le même thème, suivez le lien:

Bernard Dargols, un GI français à Omaha Beach de Caroline Jolivet

Pour parler lecture avec nous: https://www.facebook.com/groups/lectureaufildesmotsfredaxelle

Fred.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s