Mémoires d’Outre-Mort de Christopher BUEHLMAN

Fiche technique :

Auteur : Christopher BUEHLMAN (USA)
Editions : Hugo Roman
Année : 2019
Pages : 428
ISBN : 978-2-755-641370
Genre : Fantastique


Le résumé :

« ON NE NAÎT PAS VAMPIRE, ON LE DEVIENT « 

1978. Si New York est une ville sale et dangereuse pour les vivants, Joey Peacock, vampire aux traits éternellement jeunes, y voit toujours un magnifique terrain de chasse. La nuit tombée, du fameux Studio 54 aux appartements du Village en passant par le CBGB cher aux punks, il écume Manhattan en quête d’une artère compatissante. Première des règles : charmer la proie, ne jamais la tuer. Quand vient l’aube, Joey rejoint dans une station de métro désaffectée ses frères et soeurs de sang, parmi lesquels Cvetko le Slovène philosophe, Billy Bang le fou de free jazz et, bien sûr, la patronne, Margaret, qui administre son territoire d’une main de fer. Jusqu’au jour où de nouveaux arrivants menacent la survie de la petite communauté : des enfants aux yeux brillants et aux longues canines, redoutables tueurs dont les besoins semblent sans limite…

Mon avis :

Bienvenue dans le vie de Joey, un vieux vampire à l’apparence d’un ado. Nous suivons sa petite vie, ses habitudes de nourriture, sa famille vampire etc… Entrez dans son intimité à vos risques et périls…

Ecrit à la première personne, le style de Joey est pour le moins surprenant. Comprenez relativement vulgaire.
J’ai eu besoin d’un certain pour m’habituer au parler de notre héros. Certes, il est jeune mais venant d’une bonne famille, je me serai attendue à mieux, ou plus travaillé. Loin de moi la pensée de l’élitisme mais ce fut pour moi déstabilisant.

Au fil des pages et des chapitres (plutôt courts), on découvre chacun des membres de cette étrange famille, leur passé et leur métamorphose.
Cela aurait pu vite tourner en rond mais l’auteur insère un incident à son récit avec l’arrivée d’enfants vampires qui ne respectent pas les codes. Et, là, tout va basculer.

On retrouve certains codes vampires qui nous rassurent et en exploitent d’autres, tel que le charme. Joey n’est pas le héros tel qu’on le conçoit. Je dirais même qu’il n’est pas très courageux avec certains défauts bien humains. Tout n’est pas bien qui finit bien et une lutte pour le territoire s’installe. Comme quoi, même mort, un Homme reste un Homme !

Je ne dis pas que ce roman m’a tenu en haleine mais la curiosité a été la plus forte. Même si l’écriture m’a plutôt déstabilisée, le fait d’écrire à la première personne m’a retenu jusqu’au bout. On se sent proche de lui, surtout qu’il n’est encore qu’un enfant. Le reste des personnages ressemble à un cliché de l’immigration américaine; l’irlandaise acariâtre, le slave érudit et il y a même un cow-boy. On effleure trop peu cela pour en retenir grand chose, pour ma part.
Joey vous raconte son histoire jusqu’à un dénouement qui change toute la tournure de cette « autobiographie ». Ah, toujours cet adage qui dit de ne pas se fier aux apparences.

C’était sympa mais ce n’est pas le roman vampire que je conseillerai en premier. Roman en demi-teinte, chronique en demi-teinte !

Pour discuter lecture avec nous : Groupe FB Lecture Au fil des mots

Pour se procurer le roman : Hugo Romance

Dans le même genre, on vous conseille Carmilla de Joseph Sheridan Le Fanu ou encore Les Imhumvamps, Tome 3, Une vie pour la vie de Sylvie GINESTET

Axelle GEORGES.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s