COLUMBINE. Comment mon fils a-t-il pu tuer? de Sue Klebold.

Fiche technique:

Auteure: Sue Klebold

Pages: 478

Edition: France Loisirs

Année: 2016

ISBN: 9782298130416

Genre: Documentaire

4ème de couverture:

20 Avril 1999, lycée de Columbine. Dylan Klebold et Eric Harris tuent douze élèves et un professeur avant de se suicider. Sue, la mère de Dylan, témoigne pour la première fois.

Comment imaginer qu’un enfant qu’on a élevé et aimé puisse être responsable d’un tel massacre? Comment, en tant que mère, a-t-on pu rester aveugle à sa dérive? Qu’aurait-on dû faire différemment?

Depuis dix-sept ans, Sue Klebold vit avec cette douleur indescriptible et la honte de ce jour tragique où son fils a ouvert le feu dans son lycée.

Elle avait toujours refusé de s’exprimer. Mais la multiplication des tueries dans les écoles américaines ces dernieres années l’a incitée à briser ce long silence. Elle livre un témoignage brut et puissant, digne et tout en retenue, pour aider d’autres parents, épargner d’autres enfants.

Mon avis:

J’ai hésité avant de faire un retour de lecture sur ce livre, les émotions sont si fortes qu’il est difficile de revenir sur tout ce qui est assimilé à la lecture. Il n’est pas là pour attirer les gens qui veulent en savoir plus sur les détails sanglants de cette tuerie. Nous en savons bien assez! Il est là pour essayer de comprendre, de répondre à la fameuse question que chacun se pose « Comment les parents n’ont-ils rien vu? ». C’est impensable! Et pourtant…

Il y a peu de temps, je parlais justement de cette tuerie et je suis revenue sur cette question essentielle, je me suis demandée comment les parents avaient pu ne rien voir de la « folie » meurtrière de leurs enfants? Comment leurs enfants avaient pu dissimuler armes et bombes au nez de leurs parents? Les seules réponses qui s’imposent à nous sont celles de parents démissionnaires, de parents qui ne s’occupaient pas de leurs enfants, de parents qui savaient mais n’ont rien fait! Les réponses les plus simples qui nous viennent sont là pour se rassurer soi-même. Si ces réponses sont les bonnes alors nous sommes à l’abri! Cela ne peut pas nous arriver puisque nous, nous nous occupons de nos enfants! La réalité est tout autre.

Ce 20 Avril 1999, les parents de Dylan Klebold sont mis au courant d’une tuerie ayant lieux dans l’établissement scolaire de leur fils. Ils espèrent que Dylan ait pu se mettre en sécurité, qu’il soit sorti ou caché, peu importe tant qu’il aille bien. Mais très vite, les soupçons pèsent, il semblerait que Dylan soit en fait l’auteur des faits. Une descente aux enfers commence pour la famille.

Sue Klebold va passer par des émotions toutes plus fortes et contradictoires les unes que les autres dans les jours, les semaines et les années qui vont suivre ce jour fatidique. Comment sont fils a-t-il pu tuer et se tuer ensuite? Cela s’appelle un meurtre-suicide. L’auteure va nous livrer son combat mais aussi nous expliquer comment Dylan a su cacher, mentir, manipuler sa famille pour finalement perpétrer cet acte de folie.

C’est une lecture très dure, elle remet en question tout ce que nous imaginons. C’est surtout une lecture à la fin de laquelle nous nous disons que cela peut nous arriver à nous aussi. Nous n’aurions pas mieux fait, nous n’aurions pas vu, nous n’aurions pas pu éviter cette tuerie… Comment différencier un comportement d’ado « normal » avec celui d’un ado souffrant de troubles dépressifs ou de tout autres troubles? Finalement la frontière est mince et nous sommes tellement convaincus de connaître nos enfants qu’il est difficile de VOIR!

C’est avec retenu que l’auteure explique son long processus de deuil. Oui, son fils est un tueur mais avant tout il est son fils et elle vient de le perdre. Ce processus est souvent entrecoupé de passages où elle découvre une autre facette de son enfant, un visage qu’elle ne lui connaissait pas. Elle doit à la fois faire le deuil de son enfant mais également de celui qu’elle croyait avoir élevé.

Je peux vous dire qu’à la lecture nous passons nous même par divers émotions. A plusieurs reprises, Sue Klebold raconte un évènement qui aurait dû l’aider à comprendre la détresse de son fils et suit cette fameuse phrase  » Vous vous demandez comment je n’ai pas pu voir? » A chaque fois je me suis dit « Mais oui! Comment n’a-t-elle pas pu voir? » et suit une explication et notre acceptation… Car, si nous voulons être honnête avec nous même alors nous acceptons que nous non plus nous n’aurions pas vu…

Ce livre est là pour aider les gens à repérer, à détecter les troubles dont peuvent souffrir les ados. Toutes les dépressions ne mènent pas vers un meurtre-suicide ou un suicide, mais il y en a de plus en plus, alors parler, expliquer, avec ses mots, son expérience dramatique, mais aussi ceux d’experts, de spécialistes peut aider à sauver des vies. Ce livre peut aider à faire la différence entre comportement d’ado et souffrance psychologique. Il ne tient plus qu’à nous de tendre la main vers les autres.

En bref, émotionnellement ce livre est un bouleversement. Il remet en question tout ce que nous nous efforçons de croire afin de nous penser à l’abri. Mais c’est une lecture qui nous permet d’avancer, d’en savoir plus sur les maladies mentales, les troubles cognitifs. Il faut être capable d’accepter beaucoup de choses. On en sort changé! Avec plus d’informations et plus de clairvoyance. Sue Klebold réussit avec brio à nous faire comprendre et elle le fait dans le respect des victimes que jamais elle n’oublie.

Un livre dramatique mais nécessaire!

Pour parler lecture avec nous: https://www.facebook.com/groups/lectureaufildesmotsfredaxelle

Fred.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s