Le château de Hurle

Fiche technique:

Titre original : Howl’s Moving Castle

Auteur : Diana Wynne Jones

Genre : Fantasy

Edition : Ynnis Editions

Année de publication : 2020

ISBN : 978-2-37697-129-0

4ème de couverture :

Au cœur de la contrée magique d’Ingarie, dans le charmant village de Marché-aux-Copeaux, Sophie s’ennuie. Seule dans sa chapellerie, elle a accepté son destin d’aînée de la famille, et de vivre dans l’ombre de ses sœurs, résignée ainsi à un avenir routinier. Après tout, tel est l’usage…

Lorsqu’un beau jour, la jeune fille a le malheur d’offusquer la sorcière des Steppes, celle-ci lui dérobe 60 ans de sa vie, la laissant vieille et démunie. Cherchant désespérément un moyen de briser le sortilège, la jeune chapelière sera amenée à pactiser avec le démon du feu, Calcifer. Vivant dès lors dans un étrange château ambulant dont les secrets restent entiers, Sophie entame une extraordinaire aventure à la recherche de sa jeunesse volée, prête à reprendre en main son destin. Un périple jalonné de dangers et de rencontres hautes en couleur…

Mon avis :

Ding Dong fit la clochette de la porte d’entrée.

  • Bonjour, jeune étranger, bienvenue dans la Bibliothèque Oubliée, lieu de mystères et de connaissances interdits au commun des mortels… Quel est l’objet de ta quête ?

  • Bonjour. Ah, je vois que vous avez rouvert ? Vous étiez en vacances ?

  • Exactement ! J’ai effectué quelques périples périlleux et autres balades pas banales. J’en avais bien besoin !

  • Cool ! Et vous êtes allé où ?

  • Quoi ? On avait le droit de sortir ?

  • Eh bien, oui…

  • Personne ne me prévient jamais…

  • Mais alors, ces voyages dont vous me parliez…

  • Des voyages littéraires, jeune étranger. Des pèlerinages au fil des pages, des croisières à la croisée des mots…

  • D’accord… et vous avez lu quelque chose d’intéressant ? Parce que justement, je cherche…

  • N’en dites pas plus ! Je vois à votre œil brillant que vous avez besoin de rêve. D’ailleurs… vous n’en avez qu’un ? D’œil je veux dire…

  • Oh ça… un accident malencontreux avec un chapeau… mais parlons plutôt de livres.

  • Ah ouais, les chapeaux… faut s’en méfier de ces trucs-là. Regardez dans Le Château de Hurle, la jeune Sophie est une chapelière de talent à qui la terrible sorcière des Steppes va jeter un sort qui va…

  • La transformer en petite vieille…

  • Et…

  • Elle va trouver refuge dans l’étrange demeure d’un magicien nommé Hurle.

  • oui… et il va se lier d’amitié avec…

  • Calcifer, un démon du feu qui vit dans la cheminée du château et Michael, l’apprenti du mage Hurle.

  • C’est ça, Hurle qui…

  • a la réputation de dévorer le cœur des jeunes filles…

  • Quelle est donc cette diablerie ?! Vous êtes un ami de Sophie ou quoi ?

  • Non, mais ce Le Château Ambulant votre truc ?

  • Une ambulance ? Vous vous sentez mal ?

  • Non… Le Château Ambulant… le film d’animation d’Hayao Miyazaki.

  • Je ne comprends goutte à ce que vous me racontez…

  • Mais si… Oh la la… Vous avez de la chance que j’ai toujours le DVD du film dans une poche de mon sac. Tenez, regardez ça…

  • Wahou ! C’est magnifique ! Ces couleurs changeantes comme un arc-en-ciel ! Je perçois même mon reflet dans cette couche de polycarbonate irisé.

  • Mais vous êtes idiot ou vous le faites exprès ? Ne regardez pas le DVD ! Regardez le film qui est dessus.

  • Ah oui, suis-je bête…

Une heure et cinquante-neuf minutes plus tard.

Il est des adaptations dont on ne sait pas qu’elles en sont. Lorsque le Studio Ghibli sort en 2004 Le Château Ambulant, peu de gens en France avait déjà entendu le nom de Diana Wynne Jones. Et pourtant, cette grande dame a une bibliographie et un univers que j’ose croire au moins aussi vaste et intéressante que celle de J.K Rowling.

Le Château de Hurle est le premier tome de sa trilogie de Hurle. Nul besoin de vous résumer encore une fois l’histoire, bien différente de celle du chef d’œuvre du maître Miyazaki. Les prémices en sont les mêmes, certes, mais le récit de Diana Wynne Jones – écrit dans les années 80 – tient bien plus du conte que son petit frère de celluloïd dans lequel le réalisateur nippon injecte sa passion pour une esthétique steampunk et une lutte éternelle entre jeunes rêveurs et adultes plus réalistes (qu’on retrouve dans nombre de ses œuvres).

Le roman n’a clairement pas la prétention de nous proposer un sous-texte politique ou philosophie… Nous nous retrouvons dans un monde où une jeune fille peut gronder un démon sous prétexte qu’il n’est pas poli. Un monde où il est naturel de parler aux chiens et aux épouvantails. Un monde qui sent bon les pâtisseries de chez Cesari et le feu de bois d’une chaumière déguisée en palais. L’ouvrage baigne dans cette ambiance surannée et old school que l’on éprouve plus trop dans les romans récents. Les gentils sont gentils et les méchants sont méchants. C’est assez manichéen dans l’idée, mais il est parfois bon de ne pas avoir plusieurs chapitres qui viennent nous expliquer en quoi l’antagoniste principal n’est pas la malveillance incarnée.

Cependant, ça serait trop facile – et peut-être pas amusant – si tout était soit noir, soit blanc… C’est là que le personnage de Hurle trouve toute sa saveur. Mystérieux, ambivalent… il souffle le chaud et le froid à chacune de ses apparitions et le lecteur, comme Sophie, mettra beaucoup de temps à le comprendre et à l’apprécier à sa juste valeur.

À noter également, la traduction fantastique d’Alex Nikolavitch et l’excellent travail d’illustration de Tim Stevens qui dessine à chaque début de chapitre. Ils su également rendre dans leurs choix de mots et leurs traits cet aspect old school. De manière générale, le travail des Editions Ynnis sur l’ouvrage est remarquable et je vous invite à jeter un œil à leur catalogue… très surprenant.

En définitive, un roman qu’il est bon de retrouver, une future lecture-doudou qui vous rafraîchira les jours de canicule et vous réchauffera les soirs pluvieux.

OMBRE.

3 réflexions sur “Le château de Hurle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s