La ferme aux maléfices

20200721_1456446474619366185056048.jpg

Fiche technique:

Auteur: Edouard Brasey

Edition: France Loisir

ISBN: 9782298133417

Année: 2017

Genre: Thriller

4ème de couverture:

1928 : En Haute-Provence, une famille sans histoire est sauvagement assassinée dans sa ferme.

De nos jours, Géraldine hérite d’une propriété à Maurin-en-Provence inhabitée depuis 90 ans mais parfaitement conservée. Une seule condition est posée: qu’elle s’y installe avec sa famille. Géraldine et son mari Jean-Louis y voient l’occasion d’un nouveau départ, loin de Nice. Pourquoi ne pas faire un gîte de cette maison tombée du ciel ? Mais sur place, Géraldine est tout de suite saisie par un sentiment d’angoisse. De sombres secrets hanteraient-ils encore l’idyllique demeure?

Mon avis:

Le récit s’ouvre avec un bond dans le passé, nous sommes en 1928, et un jeune garçon trouve plusieurs membres de sa famille gisant mort chez eux.

Un début prometteur, j’aime les mélanges passé/présent et ce récit m’y emmène directement. Nous passons d’une époque à une autre au fil des pages. La première déception pointe le bout de son nez, au bout de 79 pages, seulement, nous découvrons qui a commit les crimes de 1928. Moi qui m’attendais à du suspense sur ce qui se passe dans les deux époques, c’est raté!

Le récit continue et la lenteur s’installe… L’auteur se perd dans des descriptions très répétitives des rues de Nice! Je ne lui reproche pas d’aimer cette ville mais passer d’un nom de rue à un autre, d’une place ou d’un quartier à un autre avec de multiples détails inutiles pour l’histoire, cela devient vite ennuyeux!

Notre protagoniste quitte cette ville, enfin…Car avant cela nous avons droit à plusieurs chapitres sur les allers/retours du couple entre Nice et leur nouvelle demeure. Quelques lignes auraient suffi pour décrire aux lecteurs les quelques difficultés rencontrées par le couple mais non, l’auteur nous assomme de lignes barbantes.

Malgré tout je poursuis ma lecture, je sens le côté « maléfique » poindre le bout du nez. Là encore l’auteur continue à nous assommer de scènes inutiles et répétitives. Pour exemple je vous livre un petit détail du livre qui ne gâchera en rien votre lecture: Le mari de Géraldine, change en arrivant à la ferme, il boit sans cesse en faisant quelques petites manières que relève Géraldine car elles sont les mêmes que l’ancien habitant de la ferme. Détail qui a son importance ou pas d’ailleurs dans l’histoire mais…l’auteur le répète tellement souvent qu’à la fin je sautais complètement les passages où il répétait encore et encore cette manie.

Je vous parlais de Géraldine, notre protagoniste principale dans ce livre. J’ai eu envie de la secouer toutes les deux lignes. Elle est mariée à un con doublé d’un macho qui décide de tout et fait d’elle ce qu’il veut. Elle lui trouve des excuses à tout. N’ose rien dire pour, je cite: « ne pas jeter d’huile sur le feu » phrase répétée trop souvent! L’auteur essaie de faire croire à son lectorat que le mari devient comme cela à cause de la maison, mais dès le début nous constatons que c’est un con… Géraldine manque cruellement de personnalité et d’énergie. Là encore, l’auteur aurait pu nous livrer un meilleur moment si Géraldine avait plus de caractère. D’actions il n’y a guère ici encore!

Il est dommage que l’auteur nous inflige de telles longueurs dans son récit. L’histoire est bien et elle tient la route. J’aurais aimé troquer ces pages inutiles contre une fin plus longue. L’histoire se termine sur une demi page ! Le suspense monte (enfin) sur le dernier tiers et retombe comme un soufflet en quelques lignes. Un épilogue vient se greffer mais franchement tiré par les cheveux…

Bon vous l’aurez bien compris, je n’ai pas vraiment adhéré à cette lecture. Dommage la 4ème de couverture était prometteuse et l’histoire aurait pu vraiment être prenante. L’auteur tenait une bonne idée mais l’a laissé se perdre en détails inutiles. Plus d’actions et moins de blabla auraient donné un tout autre tournant à cette lecture.

Pour parler lecture avec nous, rejoignez nous sur: Lecture au fil des mots FB

Fred.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s