Entre Ombre et Lumière avec Sombre Claire Arts

103947746_725214101354418_7791182626414816323_n

Connaissez-vous ce joli minois ?
Non ! Quel gâchis !
On vous présente Sombre Claire Arts, une artiste graphique si l’on peut dire. Au fil des mots l’a rencontrée à plusieurs reprises lors de salon littéraire ou de la fantasy.

Discrète mais magnétique, nous nous sommes penchées sur ses œuvres sincères et délicates. Séduits, choqués, frissonnants ou époustouflés, elle ne vous laissera pas de bois.

Voici donc une présentation, une rencontre, un privilège :

Bonjour Mélina, merci d’avoir accepté de nous recevoir. Tout d’abord, Au fil des mots est fan de tes œuvres.

Q1 : Qui es-tu ? D’où viens-tu ? Présente-toi à nos lecteurs et ceux qui n’ont pas encore la chance de te connaître.

« Bonjour les filles, tout d’abord je tenais à vous remercier toutes les deux d’apprécier mon travail, bon, je ne suis pas à l’aise avec les interviews mais derrière mon écran c’est bien plus facile alors je vais avec plaisir répondre à vos questions.

Alors je me présente, Sombre Claire alias Mélina, je réside dans le Pas-de-Calais ou je travaille, à la suite d’une reconversion professionnelle, comme animatrice dans une EPHAD. (avant ça j’étais aide-soignante.)

Je suis Maman d’un grand jeune homme de 20 ans et aussi l’humaine de compagnie de trois chats extraordinaires.

Sombre Claire est un pseudo que m’a trouvé Claudine Glot (auteure, spécialiste de la légende arthurienne, de la mythologie celtique et du patrimoine de Bretagne) lors d’un festival fantaisie il y a quelques années.

Sombre pour mes inspirations, mon amour du noir pour les vêtements ^^ et Claire pour le coté lumineux de mon sourire quand je suis avec les gens que j’aime et plein d’autres choses mais qui resteront secrètes ^^

J’ai trouvé que son choix me correspondait tellement bien alors j’ai gardé ce pseudo et je la remercie encore pour ça : voilà comment Sombre Claire est née.

J’avoue que parler de moi est un peu compliqué, je suis d’une nature très discrète, un brin taciturne, j’aime être cachée dans l’ombre comme les personnes qui peuplent mon univers mais grâce à mon compagnon, Chris, qui me pousse dans mes retranchements, j’apprends à avoir petit à petit un peu plus d’assurance avec les humains. »

Q2 : Quel est ton parcours artistique ? Comment es-tu devenue artiste ? Je te nomme artiste car tu n’entre dans aucune catégorie. Comment t’est venue l’idée de travailler la photo de cette façon, mélanger les réalités ? Pouvons-nous nommer ton instrument de composition ?

« J’ai un peu de mal avec cette qualification d’artiste car je me suis longtemps considérée comme un bidouilleuse graphique. Je n’ai aucune qualification, diplôme ou formation graphique, j’ai appris seule avec Photofiltre au départ à associer des images, j’ai créé par la suite des bannières pour des forums et une amie m’a conseillé d’apprendre avec Photoshop.

Mes premiers copyrights ont été -*PaP’s ou Mamzelle Paps- donc il se peut que sur la toile les vestiges de cette époque y soient encore (pourvu que non !! ^^)

Ce furent les débuts des tutoriels, des essais loupés que j’ai gardé (mais que vous ne verrez jamais ah ah !) et d’un long, long apprentissage qui dure depuis plus de douze ans maintenant car je n’ai pas encore maîtrisé le monstre Photoshop.

Sombre Claire Arts c’est le moyen que j’ai trouvé pour parler de ma passion pour le monde de l’invisible.

En 2014, ce fut LA claque de la découverte du cimetière du père Lachaise. Avec cette architecture superbe des monuments funéraires, hélas abandonnés, pas entretenus et voués à disparaître cela m’a fait prendre conscience que si personne ne gardait des images de ces trésors, ils disparaîtraient dans l’oubli comme les êtres qui y reposaient.

Mes premiers clichés ne comportaient pas d’esprit, je me suis cherché un style, une « patte « comme on dit et un jour, lors d’une visite dans un cimetière belge très chargé en énergie j’ai eu la vision d’une jeune fille éthérée dans un caveau et j’ai tenté d’interpréter cette vision avec Photoshop.

C’est ce premier travail graphique qui a tout déclenché, les réactions de ceux à qui je l’ai montré m’ont convaincue que ce que je faisais n’était ni malsain ni bizarre mais juste une représentation respectueuse d’un être, d’un instant, d’un souvenir, un peu comme une idée du devoir de mémoire mais pour des personnes qui ont compté dans une vie ou pour quelqu’ un.

J’ai continué dans cette voie avec mon interprétation du visible et de l’invisible, un hommage pour ces deux mondes réunis. »

Q3 : Ton inspiration est fantastique. Peut-on y voir une croyance particulière ? Un espoir ? Une peur ? Une alternative ?

« Je ne dirais pas fantastique en ce qui me concerne, le monde des esprits pour moi ne se caractérise pas par ce terme, je pense plutôt à un monde parallèle et réel.

Qui n’a jamais eu une expérience étrange, une sensation de froid, cru entendre une voix, un souffle, ou même ressenti un semblant de contact…

Je suis de celles qui croient au monde des esprits.

Lorsque j’étais une toute petite fille c’est une première expérience qui m’a marqué ; une voix venue de nulle part lors du réveillon de Noël et qui m’a murmuré quelque chose à l’oreille, ça a changé définitivement ma façon de voir et ressentir les choses.

Étrangement, je n’ai pas eu peur, ça m’a même plutôt surprise à l’époque sans que je puisse l’expliquer et lorsque je l’ai expliqué aux adultes, ils n’ont hélas pas relevé mes questionnements d’enfant …

Pour sûr, je crois aux fantômes, aux médiums, à la sorcellerie, au pouvoir des pierres …

Mes sens se développent considérablement lors de mes promenades dans les cimetières, j’y vois parfois des lumières (on nomme ça des orbes), je ressens les choses, les signes qu’on m’envoient et les présences. (je sens que je vais faire bien peur aux gens avec ça LOL mais c’est une réalité avec laquelle je vis très bien ^^)

Parfois lors de mes shootings, je demande la permission de prendre mon cliché quand je « sens » quelque chose, ça peut faire sourire mais ça marche et bien souvent ce cliché est parfait à exploiter ^^

Alors non, je n’ai pas peur mais j’ai un profond respect pour ce monde invisible et juste envie de raconter par le biais de mes clichés, certaines histoires…

En revanche, si je ne « sens » pas un lieu, je ne persévère pas et je tourne les talons ; pour preuve lors d’une virée Parisienne j’ai voulu avancer dans une allée malgré certains signes que j’ai ressenti mais j’ai été rappelée à l’ordre par une énorme branche qui s’est écrasée juste à mes pieds (aidée dans sa chute par une bande de corbeaux vociférants) et bien croyez-moi, on détalle bien vite dans ce cas-là.

Idem pour un cliché qui une fois agrandi m’a fait prendre conscience que l’endroit n’était pas serein du tout et c’est ce qui me fait dire qu’il ne faut pas jouer avec les esprits mais avoir un profond respect pour ce que vous ne pouvez voir. »

Q4 : Peut-on par exemple te commander une œuvre originale en te précisant le monument et quel personnage mettre ou alors, tu fonctionnes à l’instinct et tes œuvres se font d’elles-mêmes ? D’ailleurs, où exposes-tu ? Peut-on s’offrir tes œuvres ?

« Je ne travaille pas sur commande dans le sens où j’ai du mal à le faire avec trop d’impératifs ; je suis mon instinct », ce que je ressens lors de mes errances mais pourquoi pas.

Je pourrai l’envisager si on me laisse toute ma liberté d’expression et sans trop me brider.

Pour l’instant je ne n’ai fait que des tirages uniques pour exposer et n’ai vendu que deux reproductions, la première en cadeau de Noël d’une fan de la première heure et la seconde à un très bon ami qui a la même sensibilité pour cet univers invisible que moi.

Avant, je n’avais jamais envisagé de vendre une de ces photos car je pensais avoir du mal à les laisser partir, la première j’ai attendu plus d’un an de négociations avant de la laisser partir mais pour la seconde création ce fut plus simple.

John m’a convaincu de le faire avec les mots qu’il fallait mais aussi parce que ce cliché évoquait quelque chose de très personnel pour lui alors j’ai cédé et je sais que ma reproduction sera très bien chez lui ^^

Donc oui, on peut s’offrir mes photos sous certaines conditions : que je sache véritablement pourquoi vous souhaitez ce cliché, ce qu’il représente pour vous, l’histoire que vous imaginez, c’est l’une de mes conditions…

En plus de la photo en elle-même, je crée un cadre avec une certaine touche (dentelle, déco et autres), ce qui fait de chacune de ces photos encadrées quelque chose d’unique.

Je ne souhaite pas que ce soit impersonnel, j’ai trop de sensibilité pour ça et je veux la transmettre à travers l’ensemble de ma création, un peu comme un cadeau particulier.

Faire de la photo pour moi n’est pas une course au nombres de clichés, mon univers est trop spécial donc personne n’aura la même reproduction encadré, ça c’est certain.

Une diffusion à grand échelle sous la forme de cartes ou d’affiches ? J’avoue hésiter encore à le faire car même si je sais que les gens qui aiment Sombre Claire Arts m’en parlent souvent j’ignore encore si je le ferais car c’est quelque chose qui m’échappera et je n’y suis sans doute pas prête à franchir ce pas.

En revanche, j’envisage sérieusement de réaliser un jour une sorte d’art book mêlant mes photos et des textes, oui, pourquoi pas.

Pour l’heure, je n’ai exposé que deux fois lors du Festival imaginaire Atrebatia d’Arras (Atrebatia édition 2020)et le contexte dans lequel nous vivons aujourd’hui me fait dire qu’il sera difficile pour moi d’avoir des opportunités pendant quelques temps mais si expos il y a, je l’indiquerai bien sûr sur ma page Facebook.

Sinon, niveau projets, j’ai collaboré à illustrer le livre de mon amie: Inquisitio de Christelle Colpaert-Soufflet avec un cliché du caveau de la Comtesse Demidoff que je vous invite à découvrir de toutes urgences.

Il y a aussi un de mes clichés de la maison hanté de Hoymille en couverture du livre « 100 lieux insolites du Nord-Pas de Calais » de Bertrand Bosio et je travaille en ce moment même à un projet futur avec un musicien pour illustrer son concert avec des clichés. »

103967865_2552540324997515_3529952218933730496_n

A titre de comparaison, je vous invite à lire cet article Entretien très privé avec madame Christelle Colpaert-Soufflet où vous verrez les photos au « naturel » du Château de Hoymille.

Q5 : Non seulement tu appréhendes la réalité avec grâce mais aussi philosophie. tu ornes tes tableaux de magnifiques textes poétiques. As-tu des maîtres à penser ou est-ce la vie qui t’inspire et te guide ?

Quelques mots de Mélina sur sa page Facebook pour vous comprendre : A propos Sombre Claire Arts FB

« Je ne pense pas avoir de maîtres à penser, je dirais plutôt que c’est une sensibilité pour les lieux et les gens qui me porte et m’amène à créer cet univers graphique et c’est cette même sensibilité qui me fait ajouter des textes ou citations qui m’inspirent sur le moment.

Pour tout dire, j’aime à décrire ce que je fais comme la représentation d’un bout des histoires de vies des âmes disparus, des souvenirs enfouis et des douleurs aussi.

il y a sans aucun doute beaucoup de moi dans chacun de ces clichés que je retravaille.

Sinon, je peux citer pour inspiration Baudelaire, Edgar Alan Poe de part ce côté mélancolique qui me colle à la peau mais j’ai aussi une sensibilité personnelle pour la philosophie bouddhiste (La philosophie bouddhiste prône le retour sur soi et l’acceptation inconditionnelle de nos émotions), l’amour des jolies phrases et des belles tournures ainsi qu’un gout pour les belles épitaphes des monuments.

Même les paroles de chansons peuvent m’inspirer ; quand certains accrochent aux mélodies, moi je traduis automatiquement les paroles des airs que j’affectionne dans les autres langues.

En fait, je pourrais me décrire comme une fausse calme, j’ai l’air sereine en apparence mais je bouillonne souvent à l’intérieur et je pense de plus en plus que je ne suis pas de ce monde.

Je rêverai de vivre ma vie coupée de l’extérieur entouré d’animaux, dans la nature, loin des humains et de ce monde qui va trop vite mais en même temps j’ai besoin d’un public pour transmettre l’esprit de mon univers alors je prends sur moi, je respire librement lors de mes errances dans les cimetières, des balades en nature ou à la recherche de nouveaux bâtiments pour faire mes photos

C’est bien à l’abri dans mon chez moi que je décompresse entouré de mes chats. »

Q6 : Quels livres, poésies, auteurs recommandes-tu pour entrer dans ton univers ? Ou simplement pour notre culture ?

« Cela fait un long moment que je n’ai ouvert un livre, par paresse sans doute car j’ai énormément d’autres passion avec la photo, la culture asiatique et cinématographique ou la curiosité musicale mais j’y reviendrais à la prochaine question ^^

Enfant j’étais une dévoreuse de livre, ma grand-mère m’offrait chaque semaine le choix du magasin de jouet ou de la librairie et je crois que la passion pour la fantasy remonte au moment même où j’ai mis les pieds dans cette vieille librairie de la Bassée qui tient encore debout mais fermée depuis des années. C’est là que j’ai le souvenir d’une dame âgée fascinante, grimpée sur son échelle ou les piles de livres montaient jusqu’au plafond et que j’observais fasciné.

Ce jour-là Madame Berdin m’a donné « Le Petit Vampire d’Angela Sommer-Bodenburg » et ce livre qu’elle m’a proposé sans que je ne lui demande rien, a changé ma petite vie d’enfant, dès lors j’ai commencé à dévorer les collections de toute sortes avec aussi une grande passion pour la Comtesse de Ségur.

(c’est sans doute aussi pour cela que j’ai une énorme bibliothèque consacré aux livres pour les enfants à la maison et que je recherche désespérément la collection du petit vampire dans la bibliothèque rose, aidez-moi a retrouver cette collection s’il vous plait, mon appel est lancé, merci les filles ^^)

Adolescente j’ai suivi une formation littéraire, j’ai dévoré les classiques, j’avais des professeurs qui m’ont encouragé dans cette voie : La mythologie me passionnait, les grands auteurs : Flaubert, Hugo, Maupassant, Sand, et bien évidement le grand Charles Baudelaire fut une révélation plus tardive.

La philosophie fut aussi une découverte fabuleuse pour moi, j’y ai découvert des courants de pensées, dévoré des ouvrages puis la vie m’a rattrapé et j’ai laissé de côté pendant un long moment la passion de la lecture.

J’ai renoué avec la fantasy grâce à Harry Potter sur le tard, la grande mode d’une époque et j’ai attendu comme une ado les deux derniers tomes. Enfin rattrapée par la fièvre lectrice, j’ai dévoré ensuite la saga de L’assassin Royal de Robin Hobb, le monde de Narnia, la trilogie Leilan de Magalie Ségura et bcp d’autres choses.

Depuis, j’ai orienté mes lectures et passion vers d’autres horizons : Le Japon, La Corée et leurs cultures qui m’impressionne et me fascine. J’ai aussi une énorme collection de livres sur les sorcières, le spiritisme, les fantômes ou les contes de tous les pays et ce sont sans doute ces derniers qui me donnent mon inspiration.

Des titres de Livres ? je vais vous donner les derniers lus il y a un petit moment et des beaux ouvrages qui m’ont marqué :

L’instant précis où les destins s’entremêlent d’Angélique Barbérat : Un livre qui parle de sujets difficiles jusqu’à la fin : les femmes battues mais même si cette histoire est poignante et complexe il y a aussi une délicate et délicieuse romance.

l'instant précis

Les délices de Tokyo de Durian Sukegawa : l’histoire d’une rencontre insolite entre deux êtres, qui se ressemblent bien plus qu’ils ne le soupçonnent, malgré la différence de génération et les secrets enfouis. C’est une grande leçon de vie et aussi une très belle leçon d’amitié entre un homme et une vieille femme. Le film est aussi superbe.

délices de tokyo

Japon ! Panorama de l’imaginaire Japonais de Julie Proust Tanguy : c’est plus un condensé de tout ce qui a trait à la culture nippone sous l’angle de ses imaginaires, culture, folklore. Un pépite pour les curieux qui souhaitent en apprendre plus sur le pays du soleil levant.

japon

Le Père Lachaise de Nathalie Rheims : Un ouvrage magique, une promenade dans les allées arborés d’un lieu unique au monde et mystérieux ou les morts rencontrent les vivants, un peu comme le voyage d’une petite fille dans le royaume des ombres. les photos de Nicolas Reitzaum y sont superbes ».

le père lachaise

Q7 : Quels sont tes loisirs en dehors de ton art ? Quelle genre de musique écoutes-tu ?

« Comme j’ai un compagnon qui n’aime pas rester en place et qui est comme moi curieux, les week-ends nos loisirs sont nombreux.

Beaucoup de balades, des road trips qui nous amènent à avaler les kilomètres et où il est rare que nous n’ayons pas un appareil photo dans les mains.

Chacun de nous a ses domaines de prédilections : forêt, mer, cimetières, vieux monuments, urbex, concerts …

Cette passion commune c’est notre force et ce qui fascine l’autre nous permet parfois de trouver dans un petit détail ce que l’autre n’a pas vu. Nous ne sommes pas adversaires de clichés, notre « œil « n’est pas le même à la prise de nos photos mais nous nous complétons et c’est l’essence même de notre relation.

En tout cas, mon genre de musique va en surprendre plus d’un car si on s’attends à ce que j’aime la musique classique, le gothique ou le metal et même si j’apprécie ces styles, car nous allons régulièrement dans les concerts de metal (passion de monsieur), mon style de musique préféré est tout autre depuis quelques années ^^

Voilà, je suis fan de K-Pop, J-Rock ou de Metal Japonais ^^

Dreamcatcher, Stray Kids, Exo, One Ok Rock, Miyavi, IU, Crystal Lake, Coldrain pour citer quelques-uns de mes groupes préférés.

Dreamcatcher

Dreamcatcher

L’avantage avec la K-pop c’est qu’elle regorge de pépites, se classe en divers genre et cela me convient énormément : du rap, de la balade, de la pop, mon bonheur …

Ma curiosité musicale est assouvie avec tous ces genres et c’est ce que j’aime ; être surprise par la nouveauté, la diversité, décortiquer les styles.

En ce moment, je suis plus Metal Japonais et quand je suis en train de photoshoper mes clichés, je peux écouter une même chanson en boucle pendant des heures sans me lasser.

J’avoue, c’est un peu comme un rituel étrange, limite obsédant mais croyez-moi, c’est réellement inspirant et je pourrais presque donner à chacun de mes clichés pour titre le morceau qui l’a vu naître.

D’ailleurs, j’ai anticipé votre question il y a peu de temps avec la mise à jour de ma chaîne You tube Mamzelle Paps avec différentes playlists de ce que j’aime, alors pour les curieux n’hésitez pas, j’étoffe petit à petit les playlists au gré de mes errances sur la plateforme. »

Q8 : Malgré la conjoncture, où pouvons-nous espérer te voir, discuter avec toi ?

« Pour l’instant, je n’ai pas d’expositions en prévision mais dès que ce sera le cas je l’indiquerai sur ma page Facebook. En ce qui concerne les discussions, n’hésitez pas à m’envoyer un petit MP sur ma page Sombre Claire Arts FB, je répondrai avec grand plaisir à vos questions. »

Q9 : Raconte-nous une blague stp

« Vous êtes sûres ??? Très bien alors …

Deux asticots se retrouvent dans une pomme :

– Tiens ! Je ne savais pas que vous habitiez le quartier !

Désolée … »

PS : Encore Merci à vous deux les filles pour ce petit jeu d’interview qui je l’espère vous aura permis d’en connaitre un peu plus sur moi ^^

Un grand merci à Sombre Claire d’avoir participé à cet interview.

Propos recueillis par Fred et Axelle GEORGES.

Photos Sombre Claire.

Alors séduits ? Voici quelques liens utiles pour assouvir votre curiosité :

Sombre Claire Arts FB

Sombre Claire ARTS Insta

Mamzelle Paps Youtube

Eric TAHOU FB

103849139_3956599787748836_3573112884478330167_n

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s