Démences de Graham Masterton

20200502_1354325475550801898214469.jpg

Fiche technique:

Auteur: Graham Masterton

Edition: Presses Pocket

Pages: 382

ISBN: 9782266039857

Année: 1991

Genre: Horreur


4ème de couverture:

Les 137 pensionnaires de l’asile, tous de dangereux criminels, avaient brusquement disparu sans laisser de traces. La police ne les avait jamais retrouvés. Comment aurait-on pu imaginer, ne serait-ce qu’une seconde, qu’ils s’étaient réfugiés dans les murs mêmes de l’asile, à l’intérieur des murs?

Il n’y a que les fous pour croire sérieusement à l’efficacité de la magie noire. Et les fous furieux pour s’en servir.
Mon avis:

Mon premier de l’auteur, terreur est-il écrit sur la 1ère de couv’… Allons-y, même pas peur!

Les premières lignes mettent immédiatement dans l’ambiance. Une immense maison abandonnée, une atmosphère particulière, quelques bruits suspects. Chouette pas besoin d’attendre! Notre protagoniste principal, Jack, a un coup de cœur pour cette maison et envers et contre tous (surtout de sa femme), il décide de l’acheter. Si les première pages plongent directement dans l’ambiance, les suivantes traînent quelques peu. Jack fait d’incessants allers-retours dans cette maison, il traîne… et j’ose le dire, je n’aime pas ce personnage! Dur quand c’est le « héros » de notre histoire.

Je vous le disais Jack fait des allers-retours dans cette maison, il ne s’y passe pas grand chose, hormis quelques petits bruits suspects encore et toujours. Tout s’accélère quand son fils avec qui il a visité la maison, lui annonce qu’il a vu et parlé à un inconnu. Jack y retourne et l’histoire se lance.

Malgré cette longueur du début, quand l’auteur lance l’histoire il ne nous rate pas. Tout s’enchaîne. Un déferlement de violence et d’horreur!

« Les mains grisâtres le tirèrent de gauche à droite, de droite à gauche, d’innombrables fois. L’un de ses yeux fut arraché de son orbite; l’un de ses yeux pâles et incolores. L’œil resta collé aux briques un moment, pendant au bout du nerf optique filandreux, fixant le sol d’une façon surréaliste. »

P128

Ce n’est que le premier des innombrables passages dégoûtants que nous décrit l’auteur.

Revenons-en sur le personnage de Jack. Je n’ai, dès le début, aucune empathie pour lui. Il est pénible, il traîne, s’occupe plus de « l’impulsion d’achat » de cette maison que de sa famille. Il m’horripile! Il laisse son fils seul dans une pièce de l’horrible maison, alors même qu’il est à la recherche d’un intrus, et monsieur se permet de s’arrêter pour fricoter avec sa secrétaire. Résultat, son fils disparaît!

Mais tout cela est calculé! Mon avis sur Jack change au fil de la lecture, il se prend enfin en main. Risque tout pour sauver son fils, ce qui n’était pas explicite au début! Tout est savamment calculé par l’auteur, bien sûr. Ce n’est là que pour renforcer la manipulation dont est victime Jack. L’homme faible du début devient fort et réfléchi.

Si vous êtes curieux comme moi, attendez-vous à faire quelques recherches pendant votre lecture. L’auteur met en avant le druidisme, la magie des éléments naturels et la religion.

L’écriture est efficace. L’auteur fait monter doucement le sentiment de terreur pour exploser d’un coup et ne plus nous lâcher. Il sait manipuler son lectorat, le faire frissonner, le dégoûter (oui oui, certaines scènes sont vraiment dures!)

Je ne lâche pas cet auteur. J’ai encore quelques livres en stock et j’espère ne pas être déçue. C’est dégoûtant mais on en redemande!

 

Pour vous procurer ce livre, rendez-vous chez le libraire du coin.

Pour parler lecture avec nous rejoignez-nous sur Lecture au fil des mots FB

Fred.

2 réflexions sur “Démences de Graham Masterton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s