Reporter Criminel de James Ellroy

img_20200220_0814075211554699274101150471.jpg

Fiche technique;

Auteur: James Ellroy

Année: 2018

Edition: Rivage

Pages: 202

ISBN: 9782743645144

Genre: enquête criminelle

4 ème de couverture:

Le 28 Aout 1963, le jour où Martin Luther King prononce son célèbre discours  » I have a dream », deux jeunes filles sont sauvagement poignardées dans leur appartement de Manhattan. A l’issue d’une enquête bâclée et orientée, George Whitmore, un jeune noir, est accusé du crime.

Le 12 Février 1976, l’acteur Sal Mineo est assassiné devant chez lui à Los Angeles. Le LAPD mène l’enquête. Toutes les théories sont avancées autour de ce meurtre, mais la vérité est ailleurs.

James Ellroy revient sur ces affaires dans deux reportages que lui avait commandé le Vanity Fair américain. Dans la grande tradition des écrivains journalistiques, de Truman Capote à Nick Tosches, il réinvente le déroulement des enquêtes, en empruntant la voix des flics et en faisant résonner la sienne, inimitable.

Mon avis:

Je découvre ce livre, adorant les enquêtes policières, je me lance!

James Ellroy revient sur deux enquêtes des années 60-70. La première, l’assassinat de deux jeunes femmes dans leur appartement où se retrouve inculpé à tord, un jeune américain noir. La seconde revient sur l’assassinat de l’acteur Sal Mineo, connu pour avoir joué avec James Dean dans  » La fureur de vivre ».

L’auteur revient sur les faits de manière peu conventionnelle, il parle à la première personne comme s’il avait lui-même mené l’enquête avec l’équipe de police. Il se l’approprie.

Sans demi-mesure, l’enquête est livrée brute. Pas de héros, ni de super flics, juste des flics…. Témoignages, fausses informations, enquêtes qui piétinent… Le quotidien d’une enquête avec ses avancées (ou pas…) avec ses erreurs, dans les conditions des années 60-70, qui n’a pas la technologie connue ce jour.

Avec des phrases dépouillées et tranchantes, il réussi quand même à faire passer l’émotion et l’empathie. Ce n’était pourtant pas gagné! Déstabilisée par l’écriture de l’auteur, je n’étais pas sûre d’accrocher au livre, mais voilà…une fois lancé, on veut savoir, il faut continuer. Une lecture parsemée de photos d’époques, on en redemande, on en veut plus!

On s’habitue à cette méthode d’écriture et on lui trouve même des qualités, pas de longueurs, pas de blabla inutiles, juste les faits.

J’ai eu l’impression de regarder un reportage d’époque en noir et blanc, avec les quelques grésillements de la télévision typique de ces années là. Un retour en arrière le temps d’une lecture, une plongée dans le passée. Bravo Monsieur Ellroy, il n’était pas aisé de réussir ce pari! Il n’était pas aisé de réussir à transporter les lecteurs avec ce style d’écriture. Il n’était pas aisé de captiver les lecteurs avec ces deux enquêtes. Il était encore moins aisé de nous faire ressentir tant d’émotions.

Si vous voulez vous procurer le livre, courez vite à la librairie du coin.

Pour parler de vos lecture avec nous, rejoignez-nous sur :
Groupe FB Au fil des mots.

Fred.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s