Sombres résurgences de JB.LEBLANC

41Kf1WmypxL._SX309_BO1,204,203,200_
Fiche technique :
Auteur : JB. Leblanc (France)
Editions : Fleur Sauvage
Année : Mai 2018
Pages : 390
ISBN : 978-2-37837-021-3
Genre : Thriller

« -C’est vous le policier qui a acheté la maison des Sourdeval ?

Déstabilisé, Paul ne sut que répondre sur l’instant. Il se contenta d’acquiescer. Toujours en parlant comme si le village devait entendre, elle enchaina :

-Vous enquêtez sur la disparition de Marceline, nous a-t-on dit. C’est bien ce que vous faites pour Raymond. »

(P 147).


Le résumé :

Paul Grassi, fonctionnaire de police, ne gère plus son quotidien de violence et de misère. Devenu violent envers ses enfants et négligent envers son épouse, il craque, quitte famille et travail sans aviser personne, et devient un homme recherché. Dans un village du nord de la France, il achète une maison en ruine pour y vivre en ermite. Mais la demeure lui a été vendue par une personne en quête d’un secret enfoui. Et au village, le mal est en sommeil depuis près de trente ans. L’arrivée de Paul Grassi va provoquer de nombreux remous.

Mon avis :

Rencontré au salon du livre d’Auchy-les-mines, JB.Leblanc a du nous prendre, Fred et moi, pour deux folles ! Très gentil, nous avons échangé sur son roman et comme je suis faible, je suis repartie avec… le roman, évidement !

Paul Grassi est flic sur Lyon mais ne supporte plus son quotidien. Son métier lui pèse et fait ressurgir le côté obscur de sa personne : la Noirceur, comme il l’appelle. N’y tenant plus, il quitte tout et s’installe dans les Hauts-de-France, à Bousbecque précisément.

Là-bas, il compte refaire sa vie en ermite, loin de la noirceur, loin de sa famille qu’il maltraite. Cependant, la vieille bicoque qu’il rachète va lui causer plus de peine que de répit. En effet, trente ans auparavant, la propriétaire Marceline Sourdeval a mystérieusement disparue et son frère Raymond souhaite connaître la vérité avant de mourir. Il met la pression au policier dépressif et alcoolique pour retrouver la trace de sa sœur. Mais que reste-t-il après trente longues années passée ?

Nous voici en plein Cold Case et ce roman se révèle plein de surprises !

Je peux parler de coup de cœur car cette enquête nous emmène sur les failles et l’humanité des policiers que bien souvent, nous restreignons dans un rôle d’uniforme et de répression. Dès les premières pages, on sent que ce roman ne va pas nous laisser de marbre.

On cerne de suite Paul Grassi comme un homme brisé par la misère sociale de son métier. On assiste à des flashbacks prenants et monstrueux qu’un gardien de la paix peut rencontrer et c’est dur, très dur psychologiquement. Loin d’une psychologie de bazar, l’auteur dépeint habilement les remous de cette âme en perdition. Avec ses défauts, cet anti-héros devient très vite très attachant.

Rassurez-vous, on ne vire pas dans le mélodrame sur les états d’âme de Grassi. Tout est en retenue, intimité et émotion.

Niveau enquête, on ne s’ennuie pas. Très technique, l’auteur nous fait une magnifique démonstration. Comme Columbo, nous apprenons assez rapidement qui est le coupable et ce qu’il s’est passé. Tout l’intérêt donc de ce roman est de remonter la ou les pistes jusqu’à la vérité. C’est un excellent jeu de piste et la question est de savoir qui chasse qui ? C’est un parfait exercice de style, rondement mené entre le passé et le présent.

Le tueur (Oups ! j’ai spoilé) est un monstre tant au sens figuré que littéral. Sous couvert d’une différence et d’une réflexion scientifique, il se met dans une quête innommable au nom de l’amour. Ce qui en fait un personnage étonnant car il arrête sa folie par une rencontre. Nous sommes loin du cliché de l’assassin de base. Finement travaillé, il est fascinant et plein de contradictions. J’arrête sinon vous allez tout savoir.

Les femmes ne sont pas en reste. Bien que l’univers soit essentiellement masculin (Grassi, Gorce, le tueur), on fait la connaissance de femmes de caractères aux travers de ces lignes : Marceline, Eva, Magali ou Victoire.

Bref, j’ai adoré.

L’écriture est précise et technique. JB Leblanc enchaîne des chapitres courts pour un rythme soutenu. On voyage entre le point de vue de Grassi et de « l’autre ». Les descriptions sont pointilleuses et soignées, ce qui apportent beaucoup de crédibilités au récit. Mention spéciale aux odeurs, très bien dépeintes.

L’ambiance est feutrée et un charme inéluctable découle de la plume de l’auteur. Son opération séduction est une réussite. On adore ses héros ou anti-héros.

C’est un excellent divertissement, vous passerez un bon moment.

On a trouvé le fils caché de Thilliez.

Essayez JB Leblanc, c’est l’adopter !
Pour vous procurer le roman :

Amazon

Axelle GEORGES.

3 réflexions sur “Sombres résurgences de JB.LEBLANC

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s