Méfiez-vous des Femmes exceptionnelles de Claire DELANNOY

Méfiez-vous des femmes exceptionnellesMéfiez-vous des femmes exceptionnelles
Méfiez-vous des femmes exceptionnelles
Fiche Technique :

Méfiez-vous des femmes exceptionnelles
Méfiez-vous des femmes exceptionnelles
Fiche Technique :

Auteur : Claire DELANNOY
Edition : Albin Michel
Année : 2015
Pages : 263
Genre : Roman
ISBN : 978-2-226-31736-0

Résumé :
Elles se sont rencontrées aux Beaux-Arts quand elles avaient vingt ans et sont restées amies, même si l’une vivait à New York, les autres à Casa, Naples ou Paris. Elles ont connu des amours différentes et des carrières parfois en dents de scie. Elles se sont rarement retrouvées toutes ensemble, sauf ce fameux “été Diesel”. Et maintenant, après la mort du compagnon de Diane, pour affronter ce que les années ont accumulé de demi-vérités ou de vraies trahisons.
Roman sur l’amitié, ce tissage complexe, subtil et mystérieux qui se nourrit de toutes les strates de la mémoire, Méfiez-vous des femmes exceptionnelles évoque les paradoxes de la liberté et de la fidélité, le faux et le réel dans un monde incertain et éclaté, où chacun s’invente sa vérité.

Mon avis :

Je fais partie de la #teammédiathèque pour me procurer mes lectures. Ça me permet d’emprunter tous les livres d’un même auteur dont je suis fan (Fred Vargas, si vous me lisez, je vous embrasse!), et également de découvrir des auteurs que je ne connais pas, comme ce fut le cas avec Claire Delannoy.

Me voilà donc en train de parcourir les rayons de ma médiathèque, et là, le titre du roman me fait m’arrêter. Je manipule le livre entre les mains. La première de couverture est illustrée par l’oeuvre d’un artiste figuratif américain, Alex Katz. Si tu ne sais pas qui c’est, cher lecteur, moi non plus et ce n’est pas très important, il n’y a pas de lien avec cet artiste dans le roman.

Bref, un titre accrocheur, un tableau d’un artiste contemporain américain… la curiosité monte. Je retourne le roman pour prendre connaissance de la quatrième de couverture. Je suis appâtée par le résumé. Le sujet traité par le roman me plaît: amitié/fidélité/vérité. Et puis, il y a la courte présentation de l’auteur où est glissé au passage qu’elle a remporté le Goncourt du premier roman en 2003. Jubilation intellectuelle à son apogée, je tiens un gagnant entre les mains.

J’entame la lecture de ma petite trouvaille avec empressement. Et là monte en moi un sentiment d’incompréhension mêlé à un sentiment de gêne… Je suis perdue dans la lecture.

Pour traiter le sujet de son roman, Claire Delannoy a choisi d’exécuter un exercice de style sur la narration. C’est là, l’originalité du roman. Pour retranscrire l’état d’esprit alerte d’une femme endeuillée, l’auteur écrit de longues phrases fournies avec beaucoup de détails sans aucune ponctuation. C’est ainsi que commence le livre. Puis, on passe à un autre chapitre et le style change à nouveau. Dans un chapitre, on lit les dialogues entre deux personnes différentes dans une seule et même phrase. On comprend grâce aux virgules que le personnage qui parle a changé. Ou, dans un autre chapitre, les dialogues seront mis en forme par des retours à la ligne. L’auteur n’a cependant pas recours à la ponctuation du dialogue (tiret, guillemets). En plus de jouer avec la ponctuation, l’exercice de style de Claire Delannoy se situe également au niveau de la temporalité du livre. Certains chapitres sont signalés par des dates. D’autres non. On avance, on recule dans le temps avec ou sans indication. Le lecteur finit par le comprendre dans sa lecture.

Ce fut une lecture difficile. J’étais bien souvent perdue dans le fil de l’histoire par la narration. Les flots de parole s’enchaînent et s’emmêlent. Je ne savais plus qui parlait. Des fois, j’oubliais des pans de l’histoire. Il faut attendre la page 217 pour connaître l’évènement déclencheur qui a terni l’amitié des personnages et comprendre où veut en venir l’auteur. J’ai du résister à la tentation d’abandonner la lecture plusieurs fois, je dois bien l’avouer.

A titre personnel, je ne recommanderais pas ce livre. Maintenant, même si je n’ai pas aimé le livre, je reste néanmoins respectueuse et admirative du travail de style réalisé par Claire Delannoy dans Méfiez-vous des femmes exceptionnelles. Si vous avez apprécié le style de l’auteure ou un autre roman du même auteure, s’il vous plaît parlez et ne vous taisez surtout pas à jamais en laissant un commentaire ci-dessous.

Au plaisir de vous lire,

Elie.F.

Pour se procurer le roman :

Amazon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s