Portrait-robot d’Olivier NOREK

Si je vous dis,

  • Code 93, Éditions Michel Lafon, 2013, 363 p. (ISBN 978-2-7499-1778-8)2
  • Territoires, Éditions Michel Lafon, 2014, 394 p. (ISBN 978-2-7499-2212-6)3
  • Surtensions, Éditions Michel Lafon, 2016, 505 p. (ISBN 978-2-7499-2816-6)4
    – prix du polar européen 2016 du Point5

Vous me répondez forcément : OLIVIER NOREK !!!

Depuis quelques années, ce nom apparaît de plus en plus comme un incontournable du polar. Des récits probables, un écriture précise, des rebondissements. Le premier mot qui me vient en pensant à lui est « haletant », comme ses thrillers.

Mais qui se cache derrière cette gueule d’ange ?
Au fil des mots est allé à sa rencontre, pour vous, abonnés.

Actuellement, en plein travail pour la sortie en mars de son prochain roman SURFACE, nous avons eu la chance d’avoir pu contacter OLIVIER NOREK, himself ! Celui-ci a eu l’extrême gentillesse d’accepter notre demande d’interview. Bien que très sollicité, le nouveau chouchou des lecteurs nous a accordé cinq questions.

Go !!!!

 » Monsieur Norek, bonjour, merci de nous recevoir. Comme vous êtes très occupé, allons à l’essentiel :
1 . Pouvez-vous vous présenter à ceux qui ne vous connaitraient pas encore ?

« Né le 2 août 1975 à Toulouse.
Bac philo, Deug de droit. Pas fan des études.
Missions humanitaires pour Pharmaciens Sans Frontières, histoire de découvrir qui je suis tout en essayant d’être utile : Guyane et Ex-Yougoslavie de 1993 à 1995. Missions de développement, missions d’urgence : camp de réfugiés, zone de guerre.
Flic. D’abord, Gardien de la Paix puis Lieutenant, aujourd’hui capitaine. Un peu de stups, un peu de crime, un peu de financière, un groupe de Section Enquête et Recherche axé sur les viols et les enlèvements avec ou sans demande de rançon et les tentatives d’homicides.
Puis, presque par hasard, je me retrouve à écrire un roman, puis deux, puis cinq, et c’est une toute nouvelle vie qui s’ouvre à moi ! »

2 . Vous êtes lieutenant de police et écrivain. Comment faites-vous coexister ces 2 identités ?

« C’est assez facile en fait, puisque je ne fais pas les deux en même temps. Je suis en disponibilité, toujours flic, mais entre parenthèses… Un jour, d’ici quelques années, je devrais faire un choix… Flic ou auteur. J’ai déjà ma petite idée ! »

o norek

3. Pour Entre deux mondes, vous vous êtes immergé dans la « jungle de Calais ». Que recherchait l’écrivain au travers de cette expérience ?

« J’ai cherché à apprendre, à découvrir, à comprendre surtout, sans clichés ni peur aveuglante… Aller sur place, voir, vivre avec eux, pour transmettre leurs histoires comme des messages d’humanité et d’espoir. Mais surtout, dire la vérité, sur les flics, les migrants, sans caricature. Comme une radiographie, une autopsie de cette situation si révoltante. Faisant ce trajet personnel, j’essaie maintenant d’y inviter les lecteurs. »

entre deux mondes

4. A quoi ressemble une journée-type de la vie d’Olivier Norek ?

« Pas très glamour, si vous voulez tout savoir. Je suis un ours, je n’aime guère sortir de chez moi. Travailler, beaucoup, écrire, imaginer, inventer… Jusqu’au soir… Puis, mon temps libre que je partage entre la lecture, des films et des séries en perfusion, et de temps en temps, dézinguer des zombies sur console.. Je me sens ado parfois 🙂 »

5. En dehors de la promotion de « Surface » qui sort en mars prochain, êtes-vous déjà sur un autre projet ?

« Un autre projet ? Toujours. Les auteurs fertiles ont souvent assez d’histoires en tête pour que la vraie question soit : laquelle vais-je écrire en premier ? Je pense à un phare, je pense à un énorme brouillard, je pense à une affaire d’état, je pense à une révolte générale… J’ignore encore l’univers dans lequel mes futurs personnages vont évoluer… Et puis toujours ce souhait de créer ma série télé… Vous voyez, je ne suis pas prêt de freiner ! »

– Merci beaucoup monsieur Norek. Visiblement, vous avez encore beaucoup de choses à écrire et nous à lire. Bonne continuation. Au plaisir de vous croiser à un salon du polar. Merci. « 

Voilà, nous connaissons mieux l’homme derrière l’auteur. C’était très instructif… Je vais surveiller la petite lucarne. Monsieur Norek peut encore nous surprendre.

Pour suivre son actualité, n’hésitez à consulter son Facebook Olivier Norek FB

Propos recueillis par Fred et Axelle GEORGES.

Une réflexion sur “Portrait-robot d’Olivier NOREK

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s