Interview exclusive du maître du polar : Franck THILLIEZ

20181220_172058672406540751715438.jpg

Rencontré au salon du polar de Templemars le 27 septembre dernier, timidement, Fred et moi sommes allées saluer celui qui nous tient en haleine dans ses polars.

Pas la peine de présenter monsieur Thilliez, si ?

Auteur nordiste connu et reconnu, il est l’auteur (un peu effrayant) de Train d’enfer pour ange rouge (2003), la chambre des morts (2005), Sharko (2017), L’anneau de Moebius (2008), Puzzle (2013) ou encore Pandemia (2015).

 

Il a également été récompensé par trois prix (pour l’instant) :

  • 2006 : Prix des lecteurs Quais du Polar pour La Chambre des morts
  • 2007 : Prix SNCF du polar français pour La Chambre des morts
  • 2011 : Prix Mireille-Lantéri, remis par la SACD à un auteur dont le premier scénario fut adapté à la télévision.

Non seulement auteur, Franck Thilliez touche également au septième art. La chambre des morts a été adapté sur grand écran en 2007 par Alfred Lot. Il est également scénariste en 2015 sur : La Promesse du feu de Christian Faure (mini-série), coécrit avec Mikaël Ollivier (1re diffusion les 15 et 22 mai 2017 sur France 2).

 

Très impressionnées par ce monsieur multi talents, nous tâtonnons et en fait, il est charmant, très simple et accessible. Loin des monstres et des atrocités de ses romans, nous commençons :

« Bonjour Monsieur Franck THILLIEZ,

Tout d’abord, merci de nous recevoir.

En vous faisant cette requête, Fred et moi ne nous attendions pas du tout à un accord de votre part. Sincèrement, nous vous remercions.

Etant donné que vous êtes un homme très occupé, nous irons à l’essentiel :

  • Qui est Franck THILLIEZ ? Parlez-nous de vous ? Quelles valeurs vous guident ? Quel genre de vie menez-vous ? Quels sont vos projets ?

« J’habite dans le Nord de la France, là où se trouvent toutes mes racines. À la base, j’ai une formation d’ingénieur en informatique. J’ai travaillé dans des entreprises une petite dizaine d’années, et j’ai arrêté définitivement en 2007. Depuis ce temps, je vis de l’écriture, j’ai écrit dix-huit romans, tous des thrillers, des BDs et des scénarios pour la télé, dont la série Alex Hugo diffusée sur France 2. Pour les valeurs, je crois qu’il était important de ne pas prendre la grosse tête. Je suis resté comme j’ai toujours été : simple, discret, proche des gens. J’aime aussi le travail bien fait, et il faut que cela se ressente dans mes romans. Ma vie est une vie de créateur : je m’isole dans mon bureau une bonne partie de l’année pour imaginer mes histoires. Et pour les projets, continuer à écrire de bons livres, et globalement, faire ce qui me plaît, ce que permet ce métier formidable. »

  • Quelles sont vos inspirations pour vos œuvres ? Il s’agit toujours du pire de l’humanité. Des détraqués, des tueurs sadiques, des êtres corrompus… Avez-vous vraiment perdu foi en l’Homme ? Ou au contraire êtes-vous un optimiste ?

« Déjà tout jeune, j’étais très attiré par les histoires à énigmes (c’est ma partie scientifique qui se manifestait). Conan Doyle, créateur de Sherlock Holmes, était un auteur avec qui je prenais beaucoup de plaisir. J’aimais aussi beaucoup Gaston Leroux, Maurice Leblanc, qui étaient des auteurs brillants de la même époque. Puis il y eu la période Stephen King, dans l’adolescence, qui reste pour moi le maître absolu. Il a le pouvoir de vous laisser des images très précises de ses romans vingt années plus tard. Plus récemment, je lis beaucoup les auteurs français, je pense que le monopole du roman policier/thriller n’est plus uniquement anglo-saxon ou nordiques.
Au cinéma, j’adorais tous les films dans le genre noir (films d’horreurs, série B, thrillers, …), effectivement, le pire de l’humanité ! Dans la catégorie thriller, je citerais Seven, Le silence des Agneaux, Shutter Island… Cela peut paraître paradoxal, mais je suis profondément optimiste ! J’ai foi en l’Homme, en sa capacité à surmonter les épreuves, à renaître de ses cendres. Ce n’est pas pour rien si notre espèce a traversé des dizaines de milliers d’années. Les livres parlent du pire de l’Homme, parce qu’il faut en parler, il faut laisser des traces de ce que les esprits malfaisants peuvent faire mais en marge de ces ténèbres, existe évidemment la lumière. Cette lumière, je laisse à d’autres auteurs le soin d’en parler. »

  • J’aime beaucoup le fait que vous mettiez des justifications scientifiques dans vos romans. Par exemple dans l’anneau de Moebius, vous discutez de cette théorie du cercle où l’on ne peut s’échapper ou moduler. Ingénieur de formation, vous vous êtes tourné vers l’écriture mais est-ce que le Franck THILLIEZ « scientifique » ne vous manque pas un peu ? D’ailleurs, quelle est votre formation scolaire et professionnelle ?

« J’ai une formation d’Ingénieur en informatique, j’ai étudié à l’ISEN, Lille, une école d’ingénieurs où j’ai pu développer mon goût pour la science. Le Franck Thilliez scientifique ne me manque pas, car il est toujours présent, et à double titre ! Le premier, c’est qu’il y a quelque chose de scientifique dans la construction de telles histoires, tant elles sont complexes, tordues, avec des intrigues qui se recoupent, des problèmes à résoudre. Si je n’avais pas cet esprit scientifique, je ne pourrai pas écrire ce genre de livres. Donc, j’aborde chaque roman comme un casse-tête à résoudre. Je sais qu’avec du temps, de l’acharnement, de la patience, je devrais y arriver.
Le second, c’est que la science est omniprésente, que ce soit dans les métiers liés à l’enquête policière (la police scientifique, la médecine légale), que dans les sujets que j’aborde. Lorsque je fais mes recherches, je côtoie les chercheurs, les médecins, les physiciens, je creuse les sujets à fond. Je crois que je n’ai jamais fait autant de science que depuis mes premiers pas dans l’écriture ! »

  • Etant auteur, quel est votre rapport au monde de l’édition ? A-t-il été facile d’être publié ? Y-a-t-il un « star system » ? Que diriez-vous à un jeune écrivain qui souhaiterait se lancer ?

« Trouver un éditeur est très difficile lorsque l’on débute, c’est un véritable parcours du combattant. J’ai envoyé mon premier manuscrit, « conscience animale », d’abord à des grandes maisons, il a été refusé. J’ai continué mes recherches en contactant des maisons de plus en plus petites (celles qui sont prêtes à parier sur de nouvelles plumes), et finalement, il y a eu Cyeditions, une maison d’édition en ligne, qui m’a offert ma chance. C’était au début des années 2000. Aujourd’hui, c’est très différent. J’ai la confiance absolue de mon éditeur, « Fleuve Editions », et il a la mienne, nous fonctionnons très bien ensemble. Il est extrêmement important que cette entente auteur/éditeur soit la meilleur possible, car cela se ressent sur les livres. Il n’y a pas de « star system », je viens d’un milieu qui n’a rien à voir avec l’édition, ça prouve bien que tout le monde peut y arriver. La seule contrainte, c’est qu’il faut une bonne histoire ! Et à un jeune auteur, je dirais que le plus important, ce sont les personnages : ils sont la clé de la réussite et d’un bon roman. Et puis, la passion d’écrire, bien sûr. C’est elle qui doit nous animer, à chaque phrase que nous écrivons. »

Un grand merci à vous.
Nous vous souhaitons bonne continuation dans tous vos projets et n’hésiterons pas à suivre votre évolution. »

Voilà, nous avons passé un moment très agréable avec Franck THILLIEZ. Son dernier roman Le manuscrit inachevé est paru le 08 novembre 2018. Il sera disponible en Pocket dès le 03 mai 2019.

Nous recommandons ces œuvres car elles sont toutes magnifiquement travaillées. Pour vous donner un petit aperçu, nous avons déjà lu pour vous :

Fractures de Franck Thilliez.

L’anneau de Moebius de Franck THILLIEZ

Pour suivre toute l’actualité de Franck Thilliez :

Franck Thilliez officiel

Franck THILLIEZ FB

Propos recueillis par Fred et Axelle GEORGES.

4 réflexions sur “Interview exclusive du maître du polar : Franck THILLIEZ

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s