Prédateurs de Maxime CHATTAM

chattam-maxime-predateurs-livre-1014938747_L
Fiche technique :
Auteur : Maxime CHATTAM
Edition : Albin Michel / POCKET
Année : 2007
Pages : 570
ISBN : 978-2-266-18878-4
Genre : thriller

« Je n’ai plus peur de mourir désormais, j’irai en paix vers cette suite possible, si elle existe. Je n’ai plus peur de ne plus vivre car le monde m’inquiète ».

(page 568).

Le résumé :

Une guerre sans nom. Le débarquement libérateur est imminent. Parmi les GI’s, la tension est extrême. Mais cela ne peut suffire à expliquer le crime abominable découvert sur l’un des navires alliés : un soldat a été retrouvé pendu à des crocs de boucherie, la tête remplacée par celle d’un bélier. Le lieutenant Frewin de la Police militaire et l’infirmière Ann Dawson, dépêchée sur les lieux en sont convaincus : c’est l’œuvre d’un tueur redoutable qui jouit de la souffrance qu’il inflige. Malgré le déclenchement de l’offensive, les meurtres se poursuivent avec un raffinement croissant dans l’horreur. Frewin et Dawson orientent leur enquête vers la 3e section de la compagnie Raven, une poignée de durs qui forme un cercle très spécial.

Mon avis :

Après avoir découvert Chattam avec la conjuration primitive (voir l’article de Fred : La conjuration primitive de Maxime Chattam), je me suis laissée tenter par ce roman à la couverture colorée.

Entrons dans le monde de la police militaire de l’armée américaine et suivons les pas du lieutenant Craig Frewin. La PM a mauvaise presse au sein de l’armée et ce lieutenant également. Physiquement impressionnant et taciturne, Frewin n’en est pas moins un enquêteur d’exception et un meneur d’hommes respecté.

La guerre fait rage et un nouvel assaut va être mené. Toutes les compagnies sont sur le qui-vive. C’est dans cette ambiance électrique qu’un premier corps est retrouvé atrocement mutilé dans une mise scène macabre. Dépêché sur les lieux, Frewin accompagné de son second Kevin Matters commencent leur enquête avec l’assistance d’une infirmière ambitieuse : Ann Dawson.

La tête tranchée et remplacée par celle d’un bélier, la victime est retrouvée accrochée par des crochets de boucher. Aucune trace, pas d’empreinte, pas de témoin, l’assassin a méticuleusement préparé son coup. La PM dresse un premier profil d’un tueur en série méthodique, organisé et complétement malade et s’attend à un enchaînement de violence.

Les compagnies sont embarquées pour l’assaut et un second meurtre est perpétré : immobilisé, scotché aux tables de la cantine, avec un scorpion inséré dans la bouche sans sortie pour l’animal. La douleur et la souffrance des victimes semblent être le leitmotiv du tueur.

L’équipe de Frewin se heurte, malheureusement, à l’hostilité et la solidarité de la section Raven, d’où semble venir le meurtrier.

Au fil de l’enquête, on apprend à connaître Frewin au passé trouble, à Ann qui s’intéresse un peu trop à la noirceur des meurtres, à Matters qui ne s’assume peut-être pas.

Chattam mêle, comme à son habitude, enquêtes très bien ficelée, profils psychologiques approfondis, violence, haine et noirceur d’âme dans un texte au dénouement inattendu.

On peut regretter quelques passages répétitifs sur l’animalité et le Mal qui rongent l’homme. Les scènes de crime sont très détaillées, très gore, un peu trop écœurantes.

C’est un très bon moment à passer, du Chattam en fait.

Malgré le nombre de pages, ce roman se lit très vite avec une écriture fluide et maîtrisée. Une seule question persiste cependant, D’où l’auteur puise son inspiration aussi macabre? Il crée des monstres, n’aurait-il pas lui aussi quelques soucis?

Adeptes du thriller, des crimes impressionnants, de la réflexion sur soi, foncez!
Pour vous procurer le livre :

Pocket
Pour suivre toute l’actualité de Maxime Chattam :

Maxime Chattam

Axelle GEORGES.

Une réflexion sur “Prédateurs de Maxime CHATTAM

  1. Kathleen Wolkaiw dit :

    Maxime Chatttam est un auteur que j’apprécie énormément. Il y a de fortes chances que ta chronique place ce livre en numéro 1 de ma PAL 😀
    J’aime son univers très noir et les réflexions qu’il propose sur le mal, toutes les formes qu’il peut prendre..

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s